Produit ajouté.

Goutte : quels sont les traitements naturels ?

Personne qui a mal au genoux

Particulièrement douloureuses, les crises de goutte sont le reflet d’un déséquilibre acido-basique de l’organisme. Aussi appelée “maladie des rois”, la goutte est associée à un trouble de l’élimination de l’acide urique. Aujourd’hui, un lien très étroit a été établi entre le microbiote et la concentration en acide urique. La qualité de la flore intestinale intervient dans la formation des cristaux d’acide. Pour traiter la goutte, certains médicaments anti-inflammatoires sont généralement prescrits. Nous présentons ici les remèdes naturels pour traiter efficacement la goutte.

Qu’est-ce que la goutte ?

La goutte est une maladie inflammatoire qui touche les articulations. Les crises de gouttes surviennent principalement au niveau du gros orteil mais peut aussi se faire sentir dans plusieurs articulations comme au genou, à la cheville ou au coude. Forme de rhumatisme aigu, la goutte survient après la cinquantaine chez les hommes et après la ménopause chez les femmes. Elle est associée à un taux d’acide urique élevé dans le sang ainsi qu’à une faible élimination des acides par les reins et une surproduction par l’organisme. Cet excès d’acide urique se dépose dans les articulations et provoque une inflammation articulaire chronique. Évoluant par poussées, la goutte entraîne à terme une destruction de l’articulation.

Quelles sont les causes de la crise de goutte ?

L’acide urique élevé dans le sang est aussi appelé “hyperuricémie”. Des dépôts s’accumulent jusqu’à former des cristaux d’acide et se déposent goutte à goutte au niveau articulaire et du liquide synovial. L’acide urique provient majoritairement des purines issues de certains aliments mais est également fabriqué naturellement par le corps. Lorsque les intestins et les reins n’arrivent pas à éliminer cet acide ainsi qu’en cas de consommation excessive de purines, un déséquilibre se crée entre la production et l’élimination de l’acide urique. La goutte fut d’ailleurs longtemps surnommée “maladie de riche”. Jadis, les repas composés de viandes ou de poissons étaient moins fréquents qu’aujourd’hui et surtout réservés aux plus aisés. Mais l’alimentation n’est pas le seul élément déclencheur, l’hérédité est aussi retrouvée dans l’apparition de la goutte. Les reins peuvent également être affaiblis dans leur capacité d’excrétion en cas d’insuffisance rénale ou de traitements médicamenteux. Un défaut d’élimination de l’acide urique peut aussi être retrouvé. Les personnes souffrant de syndrome métabolique (hypertension artérielle, surpoids, diabète, cholestérol) ont tendance à avoir un taux d’acide urique élevé dans le sang.

Quels sont les différents symptômes d’une crise de goutte ?

Lors de la première phase de la crise, les symptômes de la goutte sont très douloureux. Les personnes souffrant de cette pathologie rapportent des douleurs fortes au moment des crises avec un gonflement principalement au gros orteil et une rougeur de la peau. L’articulation se raidit et le toucher devient très sensible. L’aggravation des symptômes progresse, ce qui rend difficilement supportable l’intensité de la douleur. La crise peut durer plusieurs jours jusqu’à une semaine.

La première crise de goutte surprend par la douleur aiguë et la brutalité de son apparition. Elle ne touche qu’une articulation et à la fin de la crise, cette dernière retrouve sa mobilité normale. Dans la phase chronique, la douleur est moins intense mais les articulations touchées restent douloureuses en permanence. Elles se déforment et l’accumulation d’acide urique devient visible sous l’apparence de nodules (tophi) qui peuvent s’infecter. La mobilité de l’articulation s’en trouve fortement réduite.

Le diagnostic

Plusieurs examens sont effectués par le médecin traitant ou le rhumatologue. Au vu des symptômes, une prise de sang permet de mettre en évidence un taux d’acide urique élevé. La créatinine peut aussi être évaluée, son dosage indique une bonne fonction rénale.

Une ponction du liquide synovial sert à identifier d’éventuels cristaux d’urate monosodique au niveau de l’articulation douloureuse. En cas de crises chroniques, c’est la radiographie qui montre les déformations osseuses et articulaires.

Traitements naturels de la goutte

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont prescrits pour soulager la douleur et l’inflammation de l’articulation. Des remèdes naturels permettent de venir à bout des crises de façon durable et efficace ainsi que de prévenir l’apparition de la goutte.

Les plantes conseillées en phytothérapie

Certaines plantes possèdent des vertus diurétiques et soutiennent les reins pour éliminer l’acide urique. En stimulant la diurèse, les plantes ont une action favorable pour traiter la goutte au naturel.

L’harpagophytum (Harpagophytum procumbens)

C’est la plante anti-inflammatoire par excellence ! Ses glucosides monoterpènes renferment de l’harpagoside, molécule qui lutte contre l’inflammation et la douleur, surtout dans les troubles articulaires. L’harpagophytum possède également des propriétés hypo-uricémiante qui vise ainsi à réduire le taux d’acide urique sanguin. L’harpagophytum est recommandée afin d’éviter les crises multiples et maintenir une bonne mobilité tendino-articulaire. Les flavonoïdes contenus dans les racines participent à lutter contre le stress oxydatif au niveau des articulations. En soutenant l’élimination rénale, l’harpagophytum contribue à détoxifier l’organisme de l’accumulation d’acide. Une tisane régulière est donc conseillée, elle existe aussi sous forme buvable où l’on peut diluer 10 gouttes de produit homéopathique dans un verre d’eau. Aussi appelé “griffe du diable”, cette plante est contre-indiquée en cas de grossesse ou d’allaitement.

harpagophytum liquide

Harpagophytum extrait fluide

Plante connue pour son action anti-inflammatoire, antidouleur. Conseillé en cas de douleurs articulaires.
11.95

L’hibiscus (Hibiscus sabdariffa)

Les fleurs sont souvent consommées en infusion. Hautes en couleur, elles donnent une idée de leur teneur en antioxydants et flavonoïdes. Agissant contre l’élévation de l’acide urique, l’hibiscus soutient les reins même en cas de lithiase. Elle empêche le dépôt de cristaux sur les articulations grâce à sa teneur en anthocyanines et acides organiques. Son effet diurétique aide à baisser le taux d’acide urique de l’organisme.

Le genévrier commun

L’huile essentielle de genévrier permet d’apaiser les douleurs ostéoarticulaires liées aux crises de goutte. Principalement composée de monoterpènes, elle s’utilise en massage pour réduire l’inconfort et l’inflammation locale. Il suffit de mélanger une goutte d’huile essentielle dans 4 gouttes d’huile végétale et de masser la zone douloureuse. Elle est toutefois contre-indiquée chez la femme enceinte et les personnes atteintes de pathologies rénales.

L’ortie (urtica urens)

Les feuilles d’ortie possèdent la capacité de nettoyer, d’assainir et de dissoudre. Elles sont donc dépuratives en favorisant l’élimination des toxines de l’organisme. Antirhumatismale, l’ortie est une plante diurétique mais facilite grandement l’élimination de l’acide urique. Sa teneur en potassium, en calcium, et en acide silicique lui confèrent des propriétés reminéralisantes et stimulantes au niveau rénal. Les minéraux qu’elle contient contrebalancent le niveau d’acide urique. L’ortie permet autant de se prémunir des crises de goutte que de soulager les douleurs efficacement. Il est possible de se préparer 2 à 3 tasses d’infusion par jour. Les contre-indications concernent les femmes enceintes ou les personnes souffrant d’œdème.

extrait d'ortie

Extrait d’Ortie

Aide en cas d'articulations douloureuses, de déminéralisation. Pour la santé des os, de la peau, des rein...
11.95

La luzerne (medicago sativa)

Les parties aériennes et graines de luzerne renferment des coumestanes, carotènes et des acides aminés. Elle permet de lutter contre l’hyperuricémie grâce à sa teneur élevée en calcium et en potassium. Ces derniers stimulent la diurèse et agissent pour faire baisser le taux d’acide urique, ce qui permet de limiter la formation de cristaux d’acide dans les articulations. Les antioxydants contenus dans la luzerne font d’elle une plante anti-inflammatoire reconnue. C’est également une plante intéressante pour le métabolisme puisqu’elle aide à la régulation du cholestérol et la glycémie. On peut l’utiliser sous forme de graines germées ou de teinture mère. Elle est déconseillée aux femmes enceintes, aux personnes sous traitement anticoagulant, souffrant de maladies auto-immunes ou dont l’immunité est affaiblie.

Luzerne

Aide à l'équilibre acido-basique et à la reminéralisation. Conseillée en cas de troubles articulaires.
39.95

Le colchique d’automne (colchicum autumnale)

Les bulbes et graines de colchique sont riches en colchicine, une molécule anti-inflammatoire qui permet de réduire la douleur. Ainsi, en cas d’articulation douloureuse, gonflée et sensible, cette plante aussi disponible sous forme homéopathique soulage la phase aiguë de la crise de goutte. A ne pas utiliser chez la femme enceinte ni à hautes doses car elle peut provoquer des troubles gastro-intestinaux.

 La gaulthérie (Gaulthéria proclumbens)

Très efficace pour soulager les douleurs articulaires, l’huile essentielle de gaulthérie est bien connue des sportifs. En effet, son effet anti-inflammatoire et antalgique apaise très rapidement les articulations douloureuses. Sa haute teneur en salicylate de méthyle (95%) la rend indispensable en cas de crise de goutte. Pour bien l’utiliser, il suffit de verser une goutte d’huile essentielle de gaulthérie dans 4 gouttes d’huile végétale et de masser la zone concernée. Elle est contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante.

La reine des prés (Filipendula ulmaria, Rosaceae)

Les sommités fleuries et fleurs de la reine-des-prés sont riches flavonoïdes, tanins et acide salicylique. C’est une plante à action rénale qui stimule l’élimination de l’acide urique grâce à son effet diurétique. Sorte d’antidouleur, elle permet de retrouver un confort articulaire en limitant l’enflure et la rougeur locales. En favorisant la diurèse, les déchets de l’organisme sont plus facilement éliminés, ce qui permet de limiter l’apparition des crises de goutte. C’est une plante drainante qui contribue à évacuer les surcharges circulantes grâce à sa composition en potassium. Elle lutte contre l’inflammation, réduit les gonflements, la douleur, draine le corps. Elle est incontournable pour traiter la goutte naturellement ! A ne pas utiliser en cas d’allergie à l’aspirine, de grossesse ou d’allaitement.

dologen

Dologen 16-c

Conseillé pour aider à diminuer les inflammations, les douleurs musculaires et les troubles articulaires.
24.20

La sauge rouge ou sauge chinoise ou Danshen (Salvia miltiorrhiza)

La sauge rouge est intéressante pour ses vertus hypo-uricémiantes. Les racines de sauge rouge renferment de l’acide lithospermique aux propriétés antioxydantes. Pour réduire l’acidité et l’inflammation, cette plante possède une action favorable pour la fonction rénale et sur la diminution de l’acide urique au niveau sanguin. Elle n’est pas conseillée chez pas la femme enceinte et allaitante.

La vigne (Vitis vinifera)

Les constituants de la vigne sont assez nombreux : tanins, choline, inositol, anthocyanes et flavonoïdes. C’est une plante alliée de la circulation sanguine. Elle soulage les douleurs inflammatoires avec une action ciblée sur celles d’origine ostéoarticulaires. Particulièrement pourvue en quercétine, la vigne rouge réduit les états inflammatoires aigus et chroniques. En relançant la circulation sanguine, elle permet de mieux éliminer l’acide urique stagnante et d’éventuels dépôts de cristaux. La vigne rouge lutte contre les déformations et les processus de dégénération articulaire. Pour commencer, quelques gouttes de produit sont recommandées avant d’augmenter progressivement. Attention cependant en cas de traitement anticoagulant ou antiplaquettaire.

Le bouleau (Betula alba)

Sous forme d’extrait fluide, le bouleau permet de drainer les excès d’acidité. Très riche en éléments alcalinisants, le bouleau contribue à contrecarrer l’acide urique en la neutralisant. Les propriétés diurétiques des feuilles de bouleau permettent de faciliter l’élimination des déchets et d’épurer l’organisme, notamment de l’acide urique et de l’urée provenant de la consommation de viandes. Également dépuratif hépatique, le bouleau soulage le travail du foie et aide à déloger les toxines accumulées. Cette plante se montre particulièrement efficace pour atténuer les crises de goutte, tant en fréquence qu’en intensité. Ses flavonoïdes, tanins, acides phénols et saponosides font d’elle une plante incroyablement remarquable. Elle est contre-indiquée en cas de grossesse, d’allaitement ou de problème rénal.

Promo ! extrait de bouleau
-17%

Extrait de bouleau

Action drainante et diurétique. Aide à la stimulation des reins et en cas d'articulations douloureuses.
9.90

Le cassis (Ribes nigum)

Le cassis est un peu comme un couteau suisse grâce à sa polyvalence. Ses feuilles renferment des oligomères proanthocyanidoliques et des flavonoïdes. Puissant diurétique, le cassis active le travail rénal ainsi que l’excrétion de l’acide urique. Également pourvu en rutosides, le cassis possède des propriétés anti-inflammatoires semblables à la cortisone et des vertus anti-rhumatismes, ce qui soulagent efficacement les douleurs articulaires. En extrait fluide, les principes actifs sont d’autant plus concentrés et agissent en synergie. Le cassis est véritablement LA plante anti-inflammatoire à avoir sous la main comme remède anti-goutte naturel. En cas d’insuffisance rénale, cardiaque, de grossesse ou d’allaitement, le cassis est à éviter.

extrait de cassis

Extrait de Cassis

Aide par une action anti-inflammatoire. Agit sur les troubles articulaires, de l'immunité, si allergies,...
11.95

Le curcuma (Curcuma longa)

C’est un puissant anti-inflammatoire et ami des articulations. Cette racine renferme des pigments jaunes diarylheptanoïdes dont la curcumine. Cette substance a la particularité de bloquer la production de prostaglandines, molécules pro-inflammatoires à l’origine de la douleur. Véritable antalgique, le curcuma réduit le taux d’acide urique en facilitant son transport vers les reins. Autre atout : la curcumine empêche l’action de la xanthine oxydase, une enzyme à l’origine de la formation d’acide urique. C’est aussi une plante antioxydante qui favorise une bonne santé métabolique et un bon fonctionnement rénal. La pipérine contenue dans le poivre noir augmente son absorption. Sous forme d’infusion, de comprimés ou de gélules, le curcuma est contre-indiqué chez les personnes qui ont une obstruction des voies biliaires, chez les femmes enceintes et allaitantes. En cas de traitement médicamenteux, il faut se rapprocher de son médecin.

Curcumasor est un complément alimentaire au gingembre, curcuma et Oliban, il aide à maintenir des articulations souples

Curcumasor

Synergie de plantes. Conseillé en cas d'inflammations, articulations douloureuses, troubles digestifs.
24.60

Le gingembre (Zingiber officinale)

Une autre racine aux vertus anti-inflammatoires ! Les gingérols contenus réduisent la douleur associée aux crises de goutte. Cette plante médicinale contient une molécule appelée 6-sogaol capable d’inhiber le processus inflammatoire et donc de soulager la douleur durablement. Le gingembre est bien connu pour les douleurs articulaires en calmant le gonflement de la zone enflammée et en augmentant la mobilité de l’articulation. Pour abaisser le niveau d’acide urique, le gingembre est souvent ajouté dans les boissons mais il est aussi possible de le trouver en comprimés lorsque le goût n’est pas apprécié. Cette plante est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes. En cas de traitement en cours, il est recommandé de demander l’avis d’un professionnel de santé.

Curcumasor est un complément alimentaire au gingembre, curcuma et Oliban, il aide à maintenir des articulations souples

Curcumasor

Synergie de plantes. Conseillé en cas d'inflammations, articulations douloureuses, troubles digestifs.
24.60

Le saule (Salix alba)

Le saule est largement recommandé en cas de goutte. Ses fleurs et feuilles sont constituées de flavonoïdes, de glucosides phénoliques dont la salicine, et de tanins. Ils agissent tous en synergie pour réduire la douleur liée aux problèmes ostéoarticulaires dont la goutte. Les bienfaits du saule blanc ressemblent à ceux de l’aspirine, il calme naturellement l’inconfort de l’articulation concernée. C’est un arbre contre la douleur, le saule blanc lutte contre l’arthritisme et l’excès d’acide. Surnommée “aspirine végétale”, le saule blanc est doté des mêmes effets que le médicament sans effets indésirables grâce à l’acide salicylique qui est la substance active de l’aspirine. En cas d’allergie à l’aspirine, de prise de médicaments, de grossesse ou d’allaitement, il vaut mieux éviter la prise de saule blanc.

dologen

Dologen 16-c

Conseillé pour aider à diminuer les inflammations, les douleurs musculaires et les troubles articulaires.
24.20

Les queues de cerise

Elles sont très diurétiques et favorisent l’excrétion de l’acide urique. Le pédoncule fructifère des cerises renferment des flavonoïdes, des acides organiques et des mucilages qui stimule l’activité rénale. En consommant régulièrement des infusions de queues de cerise, l’acide urique sera plus facilement éliminé. Très puissante, il est recommandé de ne pas prendre de tisanes au-delà de 15 jours ou en cas prise de médicament diurétique.

Autres produits naturels pour soulager la goutte

Pour traiter la goutte efficacement, d’autres remèdes naturels ont fait leur preuve pour soulager la douleur et réduire les crises.

Le magnésium

C’est un minéral qui intervient dans l’équilibre acido-basique du corps. Son action est de diminuer l’acidité puisqu’il est plutôt alcalin. Le magnésium intervient dans d’autres fonctions de l’organisme, il est indispensable. Le cœur, les muscles mais aussi les reins nécessitent un bon niveau de magnésium pour fonctionner de façon optimale. Cependant, dans notre société actuelle, nous sommes confrontés à des situations stressantes de façon répétée et l’état de stress augmente les besoins en magnésium pour revenir vers l’équilibre. Bien qu’il se trouve dans de nombreux aliments, une cure peut être envisagée pour combler un déficit. Les personnes en carence de magnésium sont plus susceptibles de souffrir de crises de goutte et d’avoir des symptômes douloureux.

boite de gélules de magvitine

Magvitine

À base de magnésium, taurine et vitamine B. Contribue à lutter contre la fatigue, le stress et les crampe...
18.65

Les Omegas-3

Il existe plusieurs types d’acides gras aux propriétés différentes. Parmi les graisses polyinsaturées, les Omegas-3 possèdent la particularité de moduler l’inflammation. On les appelle aussi les “acides gras essentiels” car le corps ne peut les fabriquer seul. Un apport régulier en Omegas-3 permet de lutter contre les phénomènes d’origine inflammatoire comme la goutte. Parmi les Omegas-3, on distingue l’acide eicosapentaénoïque (ou EPA) qui est le précurseur des prostaglandines anti-inflammatoires. Il joue un rôle très important pour diminuer l’état inflammatoire. Une complémentation est souvent envisagée dans le traitement de fond de la goutte.

La vitamine C

Cette vitamine est importante pour se protéger de la formation des cristaux d’acide. En effet, elle possède un rôle protecteur. Son action uricosurique permet d’éliminer plus facilement l’excès d’acide urique par la voie rénale. Une consommation régulière en fruits et légumes riches en vitamine C est fortement recommandée.

L’argile

L’argile est reconnue pour réduire l’inflammation tout en captant les toxines à travers la peau. Pour agir efficacement en cas de crise de goutte, il est possible d’appliquer un cataplasme d’argile verte sur l’articulation douloureuse, le laisser reposer 1h avec une serviette humidifiée et de renouveler l’opération plusieurs fois dans la journée.

Le bicarbonate de soude

Il agit favorablement dans l’équilibre acido-basique de l’organisme. Il permet de dissoudre plus facilement les cristaux d’acide urique et donc de réduire les douleurs lors des crises. En augmentant le pH sanguin, le bicarbonate de soude rend soluble l’acide urique et prévient ainsi la formation de cristaux douloureux.

Les aliments à privilégier

Favoriser des aliments protecteurs permet d’atténuer les crises de goutte et d’éviter les récidives douloureuses.

Le céleri

Il participe à nettoyer l’organisme en stimulant le foie. Également diurétique, le céleri possède des vertus anti-inflammatoires et contient de la lutéoline, un flavonoïde puissant pour réduire le taux d’acide urique dans le sang.

Le chou

Tous les choux sont à mettre au menu. Leurs effets protecteurs contre la production d’acide urique. Pauvres en purines, ils participent à la détoxification hépatique des toxines. Les choux renferment aussi de la quercétine, un antioxydant puissant qui atténue la douleur et protège les tissus articulaires.

Le vinaigre de cidre

Bien que son goût soit acide, le vinaigre de cidre est alcalinisant pour l’organisme. Il fluidifie le sang et empêche l’accumulation de cristaux d’acide urique. En apportant du potassium, il stimule la fonction rénale pour mieux éliminer l’acidité en excès.

Le citron

Agrume riche en vitamine C, le citron inhibe le processus inflammatoire de la goutte et assainit efficacement l’organisme. Également riche en antioxydants et en composés anti-inflammatoires, le citron réduit de manière significative le taux d’acide urique.

Les aliments à éviter

Un régime hypo uricémiant est indispensable pour prévenir l’accumulation d’acide urique. Ce dernier est un produit issu des aliments à forte teneur en purines. Il s’agit donc d’éviter la consommation excessive de viandes grasses telles que le gibier, des boissons alcoolisées, des poissons, fruits de mer et crustacés, de charcuteries, des abats et des fromages fermentés. Tous ces aliments génèrent des déchets puriques importants dans le corps et peuvent déclencher des crises de goutte. Il fait donc faire attention à ses apports en protéines animales et également aux aliments sucrés qui, riche en fructose, qui augmentent l’uricémie.

Autres conseils et notions à comprendre pour venir à bout des crises de goutte

Le rôle du microbiote

En cas de dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale), l’acide urique produit au niveau de l’intestin grêle lors de la digestion n’est pas évacué de manière optimale. On sait aujourd’hui que le microbiote joue des rôles importants tant dans la prévention des processus pathologiques que dans leur déclenchement. En effet, ce sont toutes ces bactéries qui logent dans notre côlon qui participent à l’excrétion de l’acide urique en excès. Leur équilibre est crucial pour assurer une bonne régulation de l’acidité excessive. En cas de flore intestinale pathogène, une inflammation de la muqueuse s’installe et devient chronique. Les molécules pro-inflammatoires circulent dans le sang et peuvent participer à l’inflammation articulaire.

Certains probiotiques servent à restaurer l’équilibre de cet écosystème intestinal. La prise de lactobacillus gasseri, associée à un changement d’alimentation, contribue à réduire le taux d’acide urique. Ce probiotique possède également une propriété anti-inflammatoire. Les aliments lactofermentés (kombucha, kéfir, certains produits laitiers comme le yaourt) sont riches en probiotiques naturels.

Le froid contre les douleurs articulaires

Le froid apaise le gonflement de l’articulation touchée. En posant sur celle-ci une poche de froid, l’inflammation réduit. Le froid soulage la douleur et permet aux cellules immunitaires d’intervenir pour calmer l’enflure. Que ce soit sous forme de poche de glace, de bain froid ou de serviette mouillée, l’eau froide est un moyen naturel en traitement de la crise de goutte.

L’hydratation

Afin d’éliminer suffisamment l’acide urique par la voie urinaire, il est recommandé de boire suffisamment une eau faiblement minéralisée à raison de 2 litres par jour. L’eau favorise aussi la dissolution de cristaux d’acide.

Le repos

Lorsque l’articulation est gonflée et endolorie, le repos permet une récupération plus rapide. Essayer de ne pas forcer et laisser la zone immobile fait partie des conseils recommandés en cas de crise pour laisser le corps s’auto-guérir.

Conclusion

Grâce aux traitements naturels, il est possible d’agir en prévention face aux crises de goutte. Avec un rééquilibrage alimentaire et une supplémentation personnalisée, il est possible de venir à bout de la maladie de la goutte.

Auteur : Jessica Metayer – Praticienne en Naturopathie Holistique – Grandeur Nature

  1. LIVA de Madagascar 8 novembre 2023 at 2 h 19 min - Reply

    Je vous remercie infiniment madame. Votre conseils et traitements sont précieux pour ma santé. Mille merci

  2. Line quebec 31 décembre 2023 at 10 h 29 min - Reply

    Merci pour les bons conseils jvais les appliqués pour ma mère de 87 ans espérant quel aille mieux ! Merci

  3. kevin 28 janvier 2024 at 8 h 39 min - Reply

    merci pour tous

  4. Bonnet 25 février 2024 at 22 h 19 min - Reply

    Vos produits m intéréssent merci de m’envoyer votre infolettre ( newsleter ) merci

  5. marie claude 26 mars 2024 at 21 h 03 min - Reply

    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 commentaires

close icon Mes points