Détoxication des métaux lourds : Quels sont les remèdes naturels ?

brocoli désintoxication métaux lourds

Une étude de Que Choisir, faite entre 2016 et 2017 et dont les résultats ont été publiés en juillet 2021, démontre que les Français sont trop exposés aux métaux lourds, adultes comme enfants. Ces métaux lourds pour nombre d’entre eux ont des conséquences délétères , cancérogènes, neurotoxiques etc… L’une des principales sources de contamination reste l’alimentation.

I) Définition, causes et risques pour la santé

II) 3 remèdes naturels en phytothérapie

Nous vous conseillons les produits suivants

BROCOLI gélules

Conseillé en cas de gonflement de la prostate et pour contribuer à renforcer les capacités cognitives, p...
22.00

Curcumin

Contribue au fonctionnement normal des articulations et du système digestif.
A partir de 23.90

Metalopes

Une évacuation sereine et naturelle des toxines, par votre corps et pour votre corps.
34.40

Spiruline

La spiruline aide à avoir des défenses immunitaires normales grâce à l'action de ses nutriments, et notam...
13.10

I) Définition, causes et risques pour la santé

Quels sont les métaux lourds ?

Les métaux lourds sont des éléments métalliques , dont la masse est supérieure à 5 000kg par m3, présents naturellement dans notre environnement et utilisés massivement dans l’industrie.

Certains de ces minéraux sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme alors que d’autres n’ont aucune fonction biologique. Même quand ils sont indispensables, c’est leur formule chimique et une question de concentration qui va définir leur toxicité.

Où trouve-t-on les métaux lourds et dans quels aliments ?

Ces métaux lourds sont de véritables poisons dont les conséquences se manifestent à plus ou moins long terme. Les principaux métaux lourds sont : le mercure (Hg) , le plomb (Pb), le cadmium (Cd) ainsi que l’arsenic et certains composés organométalliques. Ces métaux lourds se retrouvent purs ou sous forme d’alliages dans de nombreux matériaux quotidiens et dans la combustion de matières fossiles. Ils sont le plus souvent émis sous forme de fines particules qui vont alors contaminer les sols, les eaux, la flore et la faune, puis l’alimentation de l’Homme. On les retrouve notamment dans :

  • Les produits de la mer , poissons gras en tête pour le mercure, le cadmium, l’arsenic et le chrome. Il est conseillé de réduire sa consommation à maximum deux fois par semaine en variant les espèces et les lieux de pêche.
  • Les céréales sous toutes leurs formes pour le cadmium. Il est conseillé de les choisir issues de l’agriculture biologique. Penser à bien laver le riz ( arsenic) !
  • Les fruits et légumes sont également conseillés de saison et bio , même si en agriculture biologique on retrouve le cuivre, la balance bénéfice-risque penche quand même du côté du bio.
  • Des sources diverses telles que :
  • L’eau de boisson , plomb et sels d’aluminium , d’où le conseil de filtrer son eau
  • Le tabac avec entre autres de grandes quantités de cadmium
  • Les produits d’hygiène et cosmétiques , on se souvient des déodorants aux sels d’aluminium
  • Les amalgames dentaires au mercure
  • Etc…

Quelles sont les risques et les symptômes ?

Chez l’homme, on va noter, selon le terrain de la personne et la dose ainsi que le mélange des divers métaux lourds amenant ce que l’on nomme l’effet cocktail, des symptômes variables. On note le plus souvent : une fatigue chronique, des maux de tête, des douleurs articulaires et musculaires, des troubles psychiques, des troubles digestifs, des symptômes grippaux, des réactions allergiques, des intolérances alimentaires, des troubles du rythme cardiaque, des troubles du sommeil etc… Ces métaux lourds se stockent principalement au niveau du foie, des reins, du cerveau et des os. Une exposition à une forte dose semble être impliquée dans de nombreuses pathologies sévères telles que sclérose en plaque, maladies neurodégénératives, cancer, maladies auto-immunes, autisme etc…

Diagnostic et test

Le diagnostic se fait par tests sanguins ou analyses d’urine ou analyses chimiques des cheveux.  Pour le traitement il s’agit de « chélater » c’est-à-dire d’utiliser des molécules chimiques qui vont fixer les métaux lourds pour former de nouveaux composés inactifs dont l’organisme pourrait se débarrasser par voie urinaire ou par les selles. Le milieu médical suit un protocole long avec un agent chélateur chimique.  Selon le type d’intoxication on peut se tourner vers une chélation plus naturelle sur plusieurs mois pour une élimination en douceur avec l’aide des plantes. Mais il ne faut pas mettre en circulation des métaux lourds si le corps n’a pas la capacité de les éliminer par des émonctoires en bon état de fonctionnement !

II) 3 remèdes naturels en phytothérapie

Plantes de la chélation 

  • La chlorelle : algue verte d’eau douce dont la membrane cellulosique chélate les métaux lourds, également riche en chlorophylle qui permet d’éliminer les résidus toxiques.

 

  • La coriandre : plante aromatique qui aurait la capacité de piéger les métaux lourds et de les relâcher dans la circulation sanguine . Pourquoi ne pas accompagner son poisson d’un pesto à la coriandre ?

Ces 2 plantes sont présentes dans le mélange Metalopes

Plantes du soutien des émonctoires

  • Soutien des fonctions hépatobiliaires : le chardon marie, le radis noir, l’artichaut, trio gagnant de la détox du foie avec action cholagogue et cholérétique, et bien sûr le desmodium, hépato protecteur.
  • Soutien de la fonction rénale : le pissenlit et le bouleau.

Plantes du soutien général de l’organisme , apport d’anti-oxydants :

IL est conseillé d’avoir une alimentation vivante, végétale, variée et de saison , afin d’apporter à l’organisme toute la micronutrition dont il a besoin pour travailler de façon optimale. Et d’apporter un maximum de crû afin de préserver les vitamines  et les anti-oxydants ainsi que la biodisponibilité des minéraux. C’est le moment de compléter son alimentation avec des jus frais à l’extracteur par exemple .

Ces quelques conseils vous permettront, je l’espère, d’aborder plus sereinement la question des métaux lourds en comprenant qu’une fois de plus, il vaut mieux prévenir que guérir et essayer autant que faire se peut de limiter son exposition à ces métaux lourds par quelques gestes simples. Sans oublier qu’une fois de plus la phytothérapie est là pour nous soutenir et nous aider à retrouver une meilleure santé.

Anne Dominique Meyer Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaire

Mes points