Infection Urinaire : Les aides naturelles

femme souffrant d'infection urinaire

Qu’est ce qu’une cystite ?

La cystite relève d’un état inflammatoire passager, plus ou moins chronique.

Elle s’exprime la plupart du temps par une légère brûlure à la miction (le fait d’uriner). Elle peut disparaître spontanément sous quelques heures, voire quelques jours, mais témoigne malgré tout d’une certaine fragilité des voies urinaires, d’une prédisposition aux infections urinaires mais aussi, d’un état émotionnel hypersensible.

Il ne faut pas confondre la cystite avec l’infection urinaire : en effet, cette dernière s’accompagne non seulement de brûlures mais aussi de mictions rapprochées, voire de fièvre. L’infection urinaire est la plupart du temps due à la prolifération d’une bactérie : Escherichia coli. On comprend aisément que le traitement ne sera pas le même que celui d’une cystite, en revanche la prévention s’en rapprochera.

Attention, l’infection urinaire non traitée peut présenter des risques de complications rénales (pyélonéphrite aigüe), un traitement et une surveillance médicale s’imposent. Les signes d’urgence qui invitent à consulter : du sang dans les urines, des douleurs violentes à la miction, des douleurs dans le dos, de fortes fièvres. En cas de doute, pratiquez un ECBU (examen cytobactériologique des urines).

Nous vous conseillons les produits suivants

Promo !
-13%

Echinasor c-8

Aide à stabiliser ses fonctions immunitaires dès que vous en avez besoin.
13.50

Lapacho – Pau d’arco

Gélules pour une peau et des muqueuses apaisées.
19.90

Prêle extrait fluide

Contribue à une fluidification normale des vaisseaux sanguins et de la région rénale.
10.80
tropolox, antiseptique, antivirale

TROPOLOX comprimés

Les bienfaits de plusieurs plantes connues pour leur contribution à une activité antiseptique .
23.90

Quelles sont les causes de la cystite ?

Mais revenons à la cystite : celle-ci peut être causée par le manque d’apport hydrique, un pantalon trop serré, une station assise prolongée et durable, des rapports sexuels, la fin du cycle féminin (avant l’apparition des règles).

Quelles sont les solutions naturelles anti-infection urinaire ?

Il existe de nombreuses solutions naturelles en naturopathie, à la fois en traitement naturel contre l’infection urinaire, mais aussi en prévention. Bien entendu, on essaiera les traitements naturels en première intention, étant entendu que sans amélioration significative sous 48 heures, voire en cas de dégradation de la situation (fièvre, sang dans les urines, douleurs rénales …), il convient de consulter un médecin en urgence.
Voici les principales mesures primaires pour prévenir les infections :

  • Boire plus d’un litre et demi d’eau par jour, ou de tisanes de plantes anti-inflammatoires, antibiotiques et diurétiques (cf. ci-après)
  • Ne pas retenir un besoin d’uriner
  • Uriner systématiquement après un rapport sexuel
  • Éviter les toilettes intimes trop « poussées » ; éviter les produits nettoyants du commerce et les jets à grande eau, qui mettent à mal la flore (intestinale, vaginale)
  • S’essuyer d’avant en arrière et non l’inverse
  • Éviter les pantalons trop serrés et privilégier les sous-vêtements en coton
  • Opter pour une alimentation alcalinisante, car la bactérie Escherichia coli prolifère en milieu acide (voir notre webinaire sur le sujet de l’équilibre acido-basique)
  • S’assurer d’un transit régulier (au moins une fois par jour) car la constipation favorise la survenue des cystites.

Les plantes contre les infections urinaires

Il existe des plantes de la prévention et d’autres qui permettent de traiter naturellement les infections des urinaires.

Cranberry (Canneberge)

Il ne sert à rien de prendre la cranberry lorsque les symptômes sont apparus. En effet, cette plante n’est utile qu’en prévention, elle empêche les bactéries Escherichia coli d’adhérer à la paroi de la vessie. Le principe actif de cette plante sont les proanthocyanidines, de la famille des polyphénols. On peut prendre cette plante en cure préventive de 3 à 6 mois, sous forme de tisanes ou de compléments plus concentrés.

Lapacho Pau d’Arco

Lapacho, appelé également Pau d’Arco est un magnifique arbre de 40 m de hauteur. Il pousse a 1800 mètres d’altitude et est originaire des forêts tropicales d’Amérique du Sud.
Par ses propriétés antibactériennes, le Lapacho aide à lutter contre les infections des voies urinaires telles que les cystites ou les vaginites. On l’utilise sous forme de gélule de plante sèche.

Thym

Il comporte de nombreuses propriétés et notamment, celle d’être antibactérien et antispasmodique. Il a donc toute son utilité dans les affections urinaires.
On pourra l’utiliser sous forme d’infusion, de poudre (gélules), d’extrait fluide ou d’huile essentielle (voir ci-après).

Citron

Le citron permet de contribuer à l’équilibre acido-basique de l’organisme. De plus, il a une fonction antiseptique. On peut le consommer pressé fraîchement, le matin dans un peu d’eau froide ou tiède, ou sous forme d’huile essentielle, à raison d’une goutte sous la langue, trois fois par jour.

Persil

Le persil comporte les mêmes propriétés que le citron : il est très alcalinisant. De plus, il est très riche en flavonoïdes et en caroténoïdes, aux propriété anti-inflammatoires (lutéine, zéaxanthine, apiol, rutoside et apigénine). On le consommera sous forme de jus ou de complément alimentaire (poudre séchée).

Ail

L’ail renferme des principes actifs bactériostatiques ; on le consommera sous forme de poudre de plante sèche, ou de gélules d’extraits secs.

Airelle

Les feuilles d’airelle ont des propriétés antiseptiques urinaires, du fait de la présence d’arbutoside (même principe actif que dans la busserole, une autre plante antiseptique urinaire). On l’utilisera principalement sous forme d’infusion.

Tropolox des laboratoires Soria Natural

Tropolox est une association de capucine avec 5 huiles essentielles reconnues pour leur effet antiseptique, antibactérien et immunostimulant. La capucine a des propriétés antibactérienne, antivirale et antimycotique. On l’utilise dans le cadre d’états grippaux mais aussi d’infections des voies respiratoires, intestinales ou urinaires.

Quelles boissons contre les infections urinaires ?

Afin de prévenir l’adhésion de bactéries sur les parois vésicales, il est très important d’apporter suffisamment de liquide. Et tant qu’à faire, autant boire des liquides présentant des propriétés diurétiques !

Miser sur les boissons diurétiques

Nous avons déjà vu quelques plantes diurétiques et antiseptiques, voici donc une recette de tisane pour la prévention des infections des voies urinaires :
Mélangez à part égales de la bruyère commune, de la busserole et de l’orthosiphon. Prenez une fois par jour une tasse de cette tisane, pendant 3 semaines. Vous pouvez prendre 3 tasses par jour au début du traitement, si vous souffrez d’une cystite. A noter que la busserole est contre-indiquée aux femmes enceintes et allaitantes, en cas d’ulcère de l’estomac ou en cas de constipation chronique.

Une infusion à la fleur d’hibiscus pour la circulation

Par ses propriétés diurétiques, antibactériennes et antifongiques, prise sous forme de tisane se révèle être une boisson utile pour éviter et traiter naturellement les infections urinaires.

Les médecines douces contre les infections urinaires

L’homéopathie

L’homéopathie peut fonctionner si elle est prise tout de suite ; elle ne sera plus efficace si la bactérie est déjà installée (tout comme avec la cranberry). La souche la plus documentée est Cantharis 5CH, à prendre à raison de 3 granules toutes les deux heures. On peut éventuellement alterner la prise avec 3 granules de Formica rufa 5CH.

L’acupression

Voici deux points qui sont à stimuler dès le début de l’infection :

  • le point placé tout en bas du dos, de part et d’autre de la colonne vertébrale, à la hauteur de l’articulation entre le sacrum et l’os iliaque.
  • le point qui se trouve tout en bas du ventre, au milieu et juste au-dessus du rebord du pubis.

Massez en pressions circulaires douces pendant quelques minutes, 2 à 3 fois par jour.

L’ostéopathie (pour le système vésico-urinaire)

Les zones, les bienfaits pour l’organisme, …

L’Aromathérapie (huiles essentielles)

Toutes les huiles essentielles antibactériennes seront efficaces contre Escherichia coli. Ce sont principalement les huiles essentielles à phénols : thym à thymol, origan compact, clou de girofle, cannelle de Ceylan, sarriette des montagnes … Attention, toutes ces huiles sont dermocaustiques, à manipuler avec grande précaution et à prendre absolument sous forme de gélules. On ne les prendra pas non plus sur une trop longue durée du fait de leur hépatotoxicité.

Faites-vous conseiller par un aromathérapeute car elles sont extrêmement efficaces si correctement prises !

Les autres remèdes contre la cystite

Le cataplasme d’argile verte

Pour soulager les douleurs liées à la cystite, vous pouvez appliquer un cataplasme d’argile verte d’environ 2 cm d’épaisseur sur la zone de la vessie. Laissez agir pendant au moins 30 minutes, idéalement plutôt pendant 2 heures. Cela permet également de limiter la prolifération des bactéries mais attention, cela ne remplace pas un traitement antibiotique (par médicament ou huiles essentielles).

Le vinaigre de cidre

Les principes actifs présents, les bienfaits pour l’organisme, les synergies avec le corps ou d’autres substances, …)

Faire le plein de probiotiques

La flore vaginale est constituée en majorité de lactobacilles (et principalement Lactobacillus crispatus). Pour réensemencer le microbiote et mettre fin aux brûlures et à l’inconfort générés par une cystite, il faut donc vous tourner vers ce type de probiotiques. Faites-vous conseiller par un naturopathe ou votre pharmacien.

Les Fleurs de Bach

En médecine traditionnelle chinoise, la vessie est directement reliée à l’insécurité, au territoire et à la possessivité. Deux Fleurs de Bach peuvent dans ce contexte être d’un grand secours : Holly et Chicory. Prenez-les dès les premiers symptômes et jusqu’à guérison complète.

Quels aliments éviter pour prévenir les infections urinaires ?

Certains aliments sont irritants et acidifiants, ils sont donc à éviter. Voici les aliments où il conviendra d’être particulièrement vigilant :

  • les laitages
  • la charcuterie et la viande rouge
  • le vin blanc
  • le café
  • le sucre raffiné
  • les produits riches en gluten (blé, orge, seigle, avoine)

Voici donc de nombreux remèdes et mesures préventives pour les infections urinaires. Testez-les afin de trouver celles qui vous conviennent le mieux !

Auteur : Anne-Lise Collet – Naturopathe et Nutritionniste à Rosheim (67) – site: www.choisir-naturo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaire

Mes points