Vitamine D et système immunitaire

La vitamine D est un sujet de nutrition à la mode du fait de son rôle au niveau du système immunitaire. Pourtant, d’après une étude de l’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) mis à jour en 2020 (Santé Publique France), 80% de la population française serait carencée en vitamine D. Et pour beaucoup d’entre nous, la sédentarité, n’aide pas à réduire ces carences. De plus, avec le Covid, nous avons eu tendance à rester plus enfermés dans nos appartements et les trajets domicile- bureau qui permettaient peut-être de voir la lumière du jour sont réduits. Enfin, la pratique de loisirs de plein air a aussi tendance à se raréfier.

Alors, allons voir de plus près ce qu’est la vitamine D, quels sont ses rôles pour notre organisme et ou la trouver.

Nous vous conseillons les produits suivants

vitamine d3 2000ui

Vitamine D3 (2000 UI)

Les bienfaits de la Vitamine D3 grâce à son dosage de 2000UI par jour.
11.25

Les origines de la vitamine D

Découverte en 1922 par un biochimiste américain, la vitamine D est la quatrième vitamine à être découverte et c’est la raison pour laquelle elle a été naturellement désignée par la lettre D.

Elle a d’abord été liée à la prévention du rachitisme chez les enfants carencés d’où son nom de « calciférol » qui veut dire « qui porte le calcium », en référence au rôle du calcium dans la minéralisation osseuse. Au début des années 1970 des chercheurs ont montré l’existence de récepteurs à vitamine D dans de nombreux tissus de notre organisme. Ses nombreux rôles font que sa forme activée est aujourd’hui considérée comme une hormone.

Rôle de la vitamine D dans l’immunité

La vitamine D interfère à différents niveaux avec notre système immunitaire :

  • Au niveau du système immunitaire inné : la vitamine D stimule les macrophages qui font partie de la première ligne de défense en cas d’agression. La phagocytose des éléments pathogènes est donc accrue. Elle assure également une bonne cohésion des cellules de la muqueuse intestinale, limitant de ce fait le passage de toxiques dans la circulation sanguine.
  • Au niveau du système immunitaire acquis ou adaptatif : elle augmente le nombre de lymphocytes Th2 dont le rôle est anti-inflammatoire.

Si le rôle de la vitamine D sur la minéralisation osseuse est bien connu, les études sur le rôle entre vitamine d et système immunitaire sont plus récentes. Notre organisme possédant des récepteurs à D3 dans quasi tous nos tissus, cela on comprend aisément l’étendue des symptômes liés à un déficit ou une carence en vitamine D.

On dit que la vitamine D soutient le système immunitaire en cas de besoin mais est aussi capable de le calmer quand il s’emballe : on dit qu’elle est immunomodulante .

Les effets de la vitamine D sur le système immunitaire

La vitamine agit sur le système immunitaire a bien des égards :

  • Vitamine D et contrôle de la sécrétion d’insuline : le diabète de type 2 résulte de deux phénomènes, d’abord une résistance à l’insuline au niveau des cellules suivie par un épuisement du pancréas. Des méta analyses ont montré qu’un niveau de vitamine D3 sanguin élevé était corrélé à une prévalence plus faible de diabète de type 2 et de résistance à l’insuline. C’est surtout dans les groupes de pré-diabète ou de diabète récemment diagnostiqué que la supplémentation en vitamine D sur le long terme et à forte dose (5 000 UI/jour) améliore la sensibilité périphérique à l’insuline ainsi que le fonctionnement des cellules béta sécrétrices d’insuline.
  • Vitamine D et cancer : les cellules cancéreuses possèdent des récepteurs à vitamine D . Cette dernière réduit le risque de prolifération de cellules malignes en limitant la vascularisation des tumeurs , donc en diminuant leur possibilité d’être approvisionnées en nutriments . Elle inhibe la transformation des cellules pré cancéreuses en cellules cancéreuses et induit l’apoptose ( « suicide cellulaire »). Ceci a été particulièrement noté pour les cancers sein-côlon-prostate.
  • Vitamine D et muqueuse intestinale : on sait que la muqueuse intestinale et le microbiote ont un rôle essentiel dans nos défenses immunitaires. Il a été constaté qu’un déficit en vitamine D entrainait une modification du microbiote avec augmentation des bactéries qui produisent du butyrate ( acide gras bénéfique au maintien de la santé de la muqueuse intestinale). Ainsi qu’une augmentation de la perméabilité intestinale par action sur les jonctions serrées des entérocytes. Ceci permettant le passage d’agents pathogènes dans la circulation sanguine et des défenses immunitaires moins efficaces.
  • Prévention des infections pulmonaires aigües : la vitamine D intervient par son rôle d’activation de la réponse immunitaire. Un déficit est corrélé à une augmentation du nombre et de la durée de ces épisodes d’infections pulmonaires aigües.
  • Maladies auto-immunes : des études sur la vitamine d et les maladies auto-immunes ont montré que la prise de vitamine D3 est corrélée à un risque plus faible de développer une maladie auto-immune ou d’en limiter la progression . Son rôle immunomodulateur s’exprime notamment par une régulation des cytokines inflammatoires .

Comment avoir un apport en vitamines D suffisant ?

En matière d’apport, 10% seulement de notre vitamine D provient de l’alimentation. On la trouve dans l’huile de foie de morue, les poissons gras, le jaune d’œuf et pour les végans dans les champignons et l’avocat entre autres. Attention cependant à l’huile de foie de morue, qui prise en grande quantité est trop riche en vitamine A.  Cette vitamine est toxique à forte dose et a la particularité de bloquer l’activité de la vitamine D.

Pour ce qui est des 90% restants, notre vitamine D est produite par action des UVB sur un dérivé du cholestérol au niveau de la peau. Cette synthèse cutanée dépend de nombreux facteurs :

  • D’une longueur d’onde précise des UVB selon la latitude, la saison ou le moment de la journée.
  • De la présence de la pollution atmosphérique et de la couverture nuageuse qui bloquent une bonne partie des UV.

La couleur de peau et la quantité de surface de peau exposée : une peau foncée mettra plus de temps à bronzer et à assimiler la vitamine D qu’une peau plus claire. Il est bien-sûr possible de s’exposer au soleil sans crème solaire, mais sans dépasser un temps court, variable selon le phototype de la peau et en fonction de l’indice d’UV.

Quels sont les signes de déficit en vitamine D ?

De nombreux symptômes peuvent alerter sur un déficit, voire une carence en vitamine D. Parmi eux :

  • la fatigue et la faiblesse musculaire
  • la déminéralisation
  • la déprime et l’épuisement
  • la peau sèche et les crampes
  • les douleurs articulaires

Bien-sûr, tous ces signes n’arrivent pas en même temps et cela s’exprimera différemment selon chaque personne. Mais l’on constate, du fait de la diversité de ces signaux d’alarme, l’étendue des rôles de la vitamine D, considérée comme une hormone.

De nombreuses pathologies associées à un déficit en vitamine D témoignent des rôles de cette dernière :

  • Un rôle immunomodulant : notamment dans le cas de maladies auto-immunes
  • Un rôle anti-infectieux : stimulation de la synthèse de notre antibiotique naturel – la cathélicidine – au niveau cellulaire
  • Un rôle antiviral : protection par rapport aux infections nosocomiales
  • Un rôle anti-inflammatoire dans les MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin)
  • Un rôle de protection : par rapport aux maladies cardiovasculaires et neurodégénératives, asthme, diabète II, …

Un rôle protecteur : aussi par rapport au cancer. La vitamine D aide à bloquer la prolifération des cellules cancéreuses mutées, en stimulant l’apoptose c’est-à-dire le suicide cellulaire de ces cellules.

Y a t-il un risque d’excès en vitamine D ?

La toxicité existe mais est très rare. Pour l’atteindre il faudrait prendre plus de 50 000 UI /jour pendant plusieurs mois. L’hypervitaminose, rare aussi, peut se rencontrer et entraine une augmentation de la résorption osseuse et de l’absorption intestinale du calcium ce qui se traduit par une hypercalcémie dont les symptômes sont : nausées, vomissements, anorexie, polyurie, polydypsie, asthénie, prurit voire insuffisance rénale.

De combien de vitamine D avons-nous besoin pour un système immunitaire en bonne santé ?

La vitamine D3 synthétisée au niveau de la peau subit une série de transformations afin d’être activée, notamment au niveau du foie et du rein. A ce niveau, les réactions métaboliques nécessitent la présence de magnésium, une autre carence très fréquente dans la population française, qui font d’elle cette puissante hormone stéroïde, le calcitriol. Pour combler ses besoins quotidiens, l’organisme utilise entre 3 000 et 5 000 Unités internationales (UI).  Au soleil l’homme peut synthétiser naturellement entre 10 000 à 20 000 UI.

Nous sommes donc conscients qu’il est, pour la plupart d’entre nous, indispensable de se supplémenter afin de maintenir un taux correct de vitamine D. En France le minimum correspondant à un taux satisfaisant est de 30 ng/ml de sang.

Tout le monde connait les ampoules prescrites sur avis médical pour lutter contre l’hypovitaminose.

En naturopathie, certains considèrent que cet apport n’est pas assez respectueux du fonctionnement normal du corps, car l’homme est fait pour apporter tous les jours par exposition au soleil des doses moins importantes que celles contenues dans les ampoules. C’est pourquoi il est plutôt recommandé d’apporter une dose quotidienne sous forme de gouttes afin de permettre à l’organisme d’être dans un état de santé optimal, associé à une hygiène de vie adéquate bien sûr.

Le choix des gouttes est vaste, le critère du choix doit se porter sur la composition du produit : vitamine D3, huile végétale de qualité (colza bio) et éventuellement un antioxydant.

La quantité à prendre, exprimée en UI / jour, dépendra du taux de départ, idéalement constaté par une prise de sanget sera ajustée sur les conseils de votre thérapeute. On conseille d’atteindre une fourchette comprise entre 40 et 80 ng/ml pour une santé optimale. Le seuil de toxicité, car la vitamine D étant liposoluble se stocke dans l’organisme, est fixé à 10 000 UI/jour, le seuil de sécurité fixé par les autorités nord-américaines et européennes est de 4 000 UI / jour. Pour la France la recommandation officielle de l’ANSES n’est que de 400 UI/jour !

La vitamine D3, la mieux métabolisée

La vitamine D fait partie du groupe des vitamines liposolubles, donc le corps étant capable de la stocker dans les tissus gras, cela veut dire qu’il y a un risque de toxicité au-delà d’un certain seuil.

10% de la vitamine D provient de l’alimentation soit sous forme D2 ,ergocalciférol, pour une origine végétale ( champignons, avocats, cacao, algues…) soit sous forme D3, cholécalciférol, pour une origine animale ( poissons gras, jaune d’œuf, laitages de vache…) ainsi qu’issue du lichen.

90% sont synthétisés au niveau cutané par l’action des UVB sur un dérivé du cholestérol, sous forme D3.

La forme D3 est mieux métabolisée et conduit plus facilement à la forme active de la vitamine D.

Cette vitamine D3 liée à une protéine de transport passe dans le foie où elle peut être en partie stockée. Elle subit des transformations pour arriver à la forme calcidiol qui sera la forme circulante dans le sang que l’on dose sur une analyse sanguine. Puis une partie du calcidiol passe dans les reins où de nouvelles réactions métaboliques le transforme en forme active de la vitamine D, le calcitriol, considéré à l’heure actuelle plus comme une hormone. La conversion au niveau rénal est régulée par la concentration de vitamine D3, l’hormone parathyroïdienne et les concentrations de calcium et phosphate sériques. Elle nécessite de nombreux cofacteurs parmi lesquels le magnésium dont on sait que la carence est fréquente dans la population française. 80% des français présentent un déficit de vitamine D (inférieur au minimum actuel de 30 ng/ ml de sang) . Les causes en sont nombreuses, liées à l’ensoleillement ( lieu, saison, horaire, pollution atmosphérique…) et aux personnes ( phototype, âge, alimentation…).

L’Académie de Médecine préconise une prise quotidienne de 800 à 1 000 UI ( unités internationales) de vitamine D3 en complément afin d’éviter un déficit voire une carence.

Rédaction : Anne Dominique Meyer – Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaire

Mes points