Produit ajouté.

Vers intestinaux : quels sont les traitements naturels ?

Image de vers intestinaux ou oxyures

Oxyures, oxyurose, qu’est-ce que c’est ?

L’oxyurose, également connue sous le nom de maladie des vers ou d’entérobiose, est une infection parasitaire causée par un petit ver nommé Enterobius vermicularis. C’est l’une des infections parasitaires les plus courantes chez les humains, elle survient plus particulièrement chez les enfants.

Les oxyures sont de minuscules vers blancs ; ils mesurent entre 2 à 13 millimètres, ils sont donc difficilement détectables, d’autant plus que l’on n’a pas forcément le réflexe de regarder ses selles dans la cuvette des toilettes ! Ces vers vivent et prolifèrent dans le gros intestin (côlon).

Comment attrape-t-on des vers intestinaux ?

Les vers ainsi que leurs œufs étant de taille très petite, ils peuvent se transmettre très facilement par le biais d’un contact direct avec une personne infectée, des objets contaminés ou de la nourriture. Une hygiène stricte peut enrayer la contamination, c’est pourquoi l’oxyurose est très transmissible chez les enfants.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes les plus courants de l’oxyurose sont avant tout des démangeaisons intenses autour de l’anus. Chez les enfants, on détecte une oxyurose lorsqu’on voit nos petits se gratter en permanence, sans raison apparente. Les démangeaisons ont lieu de manière plus intense la nuit, car c’est alors que les femelles du ver sortent pour pondre leurs œufs !

L’oxyurose est généralement une infection bénigne, qui ne provoque par exemple pas de poussée de fièvre. Elle peut cependant être très inconfortable en raison des démangeaisons intenses. Ces dernières peuvent perturber le sommeil et ainsi entraîner une fatigue intense ainsi que des problèmes de gestion de l’humeur et d’irritabilité.

Diagnostic de l’oxyurose

Le diagnostic de l’oxyurose commence par sa propre observation des selles : la plupart du temps, on peut voir à l’œil nu de petits vers blancs qui sont encore actifs, il n’y a alors plus beaucoup de doutes possibles, surtout en présence d’importantes démangeaisons. Il est néanmoins indispensable de consulter un professionnel de santé, car une oxyurose mal traitée peut dégénérer et atteindre d’autres organes ou causer des lésions cutanées en cas de prurit (démangeaison) intense.

Au laboratoire d’analyses médicales, le « test de Graham » (encore appelé « scotch-test ») consiste à recueillir d’éventuels œufs au niveau de l’anus grâce à un morceau de ruban adhésif, puis d’observer ce prélèvement au microscope. Pour plus de fiabilité, ce test doit être réalisé trois jours de suite, le matin avant que le patient n’aille à la selle.

Un examen des selles n’est pas utile, car non fiable : la présence des œufs y est inconstante. En effet, ces derniers sont pondus au niveau de l’anus et ne sont donc pas systématiquement emportés par les selles.

Un prélèvement sanguin sera inutile, car le corps ne produit pas d’anticorps contre ces parasites. Le seul signal détectable sera une légère élévation des éosinophiles (globules blancs spécifiques de la lutte antiparasitaire) pendant la phase d’invasion.

Si vous suspectez une infection à oxyures, il est important de consulter un professionnel de santé (votre médecin ou pharmacien), afin d’obtenir un diagnostic précis et un traitement approprié.

Traitements naturels des vers intestinaux

Afin d’éviter une propagation de l’infection à d’autres membres de la famille (ou de la collectivité : crèche, école, etc.), des mesures d’hygiène rigoureuses sont à mettre en place : lavage fréquent des mains, changement fréquent et lavage à 60°C des sous-vêtements et des draps, nettoyage minutieux de la maison.

En plus de ces mesures et en plus des antiparasitaires classiques souvent prescrits, nous allons aborder dans cet article les traitements naturels contre les vers intestinaux les plus couramment conseillés.

Compléments alimentaires et aliments

Il existe de nombreux aliments et plantes connus soit pour stimuler l’immunité, soit pour leur action anti-infectieuse ou plus spécifiquement encore, anti-parasitaire. Voyons ensemble quelques-uns de ces aliments et plantes.

L’huile de foie de morue

L’huile de foie de morue est très connue par nos parents pour son mauvais goût, mais aussi pour son effet fortifiant chez les enfants affaiblis. Elle contient des vitamines A et D naturelles, indispensables pour un bon fonctionnement de nombreuses fonctions, dont l’immunité, mais également une bonne vision, la croissance, une bonne santé des muqueuses et de la peau, l’absorption du calcium. Elle contient également des omégas 3 (EPA et DHA) aux actions anti-inflammatoire et préventeur cardio-vasculaire.

Le laboratoire Soria Natural vous propose des capsules d’huile de foie de morue parfaitement administrables aux enfants, à raison de 2 capsules par jour (à prendre pendant les repas).

huile de foie de morue

Higabac – huile de foie de morue

Pour fortifier les os, les fonctions cardiovasculaires et cérébrales. Riche en omégas 3 et vitamines A et...
19.50

La gelée royale

Sécrétée par les glandes hypopharyngiennes des abeilles nourricières, la gelée royale est la nourriture exclusive de la reine tout au long de sa vie, ce qui lui permet de vivre quarante fois plus longtemps que ses sujets. Aussi appelée “caviar de la ruche”, la gelée royale possède une saveur plutôt âcre et acide, pas toujours agréable en bouche, mais dont le goût se fait vite oublier quand on connait ses bienfaits sur l’organisme. En effet, elle contient :

  • de 13 à 18 % de protéines (dont tous les acides aminés essentiels)
  • de 4 à 6 % de lipides
  • environ 1 % de minéraux et oligo-éléments dont : calcium, fer, cuivre, magnésium…
  • environ 65% d’eau
  • environ 15 % de glucides (essentiellement du fructose)

Cette composition fait de la gelée royale un aliment idéal pour prévenir des baisses de régime physiques ou intellectuelles, améliorer la résistance aux infections et rebooster les personnes fatiguées.

On la conseille enfin aux personnes âgées en convalescence, et en prévention contre le déclin cognitif.

La spiruline

La spiruline est une micro-algue d’eau douce qui fait partie de la famille des cyanobactéries. Elle est extrêmement riche en bêta-carotène, fer, vitamines B12 et E, protéines, oligoéléments (dont le calcium, phosphore, magnésium, zinc, cuivre). Elle contient également de la chlorophylle et de la phycocyanine, un pigment aux vertus antioxydantes. Par ailleurs, la spiruline contient une quantité appréciable d’acide gamma-linolénique (un acide gras insaturé de la famille des oméga-6).

De par cette composition très complète, la spiruline présente de très vastes propriétés dont celles de stimuler l’immunité, de combattre la fatigue et l’anémie. Dans les cas d’une alimentation déséquilibrée, la prise ponctuelle de spiruline pourrait donc être un mode de prévention efficace pour limiter l’infestation aux oxyures.

Prudence cependant chez les enfants, la spiruline est plutôt recommandée à partir de l’âge de 12 ans.

spiruline gélules

Comprimés de Spiruline

Riche en protéines et minéraux, aide le système immunitaire, action antioxydante. Haute valeur nutritive.
14.45

La cure d’argile pour lutter contre les parasitoses digestives

L’argile provient de l’érosion des roches mères, elle comporte de nombreuses propriétés. Elle est très riche en sels minéraux, oligoéléments, fer, zinc et potassium… Elle est utilisée depuis la nuit des temps comme soin, mais aussi comme adjuvant de beauté. Encore aujourd’hui, elle est utilisée pour soigner de nombreux maux.

L’argile sous forme d’eau argileuse peut être un bon remède complémentaire pour lutter contre les parasitoses. On mélange ainsi une cuiller à soupe d’argile verte d’excellente qualité (attention aux contrefaçons et prix bas !) dans un verre d’eau puis on le laisse reposer toute une nuit : au matin, on consomme l’eau qui surnage, cela aura pour effet d’encapsuler virus et parasites à son passage dans l’intestin, et d’évacuer ces derniers dans les selles.

Choisissez une argile de très bonne qualité, idéalement illite verte ultra-ventilée (il s’agit d’une argile surfine, adaptée à la prise par voie interne).

La camomille

La camomille appartient à la famille des astéracées. On la retrouve en Europe occidentale, dans les sols secs et sablonneux, riches en silice. Elle pousse en montagne jusqu’à 1000 m d’altitude. On la retrouve également en Amérique du Nord et en Argentine.

Il existe de très nombreuses variétés de camomilles, en voici deux des plus actives pour le sujet qui nous concerne :

  • La camomille odorante ou discoïde (Matricaria discoïdea) possède d’exceptionnelles propriétés vermifuges, donc notamment contre les oxyures. On évitera de l’utiliser trop longtemps, car elle peut provoquer une constipation, du fait de son action spasmolytique (la camomille est en effet également très antispasmodique, anti-inflammatoire, sédative …).
  • La camomille romaine (Chamaemelum nobile ou Anthemis nobile) est également très efficace pour lutter contre les parasites intestinaux.
extrait de camomille

Extrait de Camomille

Action sédative et apaisante, conseillé en cas de troubles digestifs, nerveux ou de règles douloureuses.
11.95

Le curcuma

Le curcuma est une plante herbacée et vivace. Son rhizome est utilisé de longue date comme anthelminthique (lutte contre les parasites intestinaux) dans la médecine traditionnelle thaïlandaise ; il a également montré des propriétés anti-helminthiques in-vitro.

Il présente de très nombreuses autres propriétés (anti-inflammatoire, antioxydante, protectrice cardiovasculaire, hépato-protectrice, cholérétique et cholagogue, antispasmodique, stimulante pancréatique …)
Originaire d’Inde, la plante ne supporte pas le gel et exige une culture sous climat tropical (Asie tropicale, Afrique et Antilles). Le rhizome est la partie de la plante utilisée en phytothérapie.

Le curcuma peut être consommé sous forme de jus de rhizome frais, 1 cuillère à soupe par jour pendant une semaine minimum. On peut également le consommer sous forme de complément alimentaire, il s’agit alors d’extrait sec compacté sous forme de comprimé, auquel on adjoint du poivre noir ou du gingembre, afin d’en améliorer l’absorption.

Curcumasor est un complément alimentaire au gingembre, curcuma et Oliban, il aide à maintenir des articulations souples

Curcumasor

Synergie de plantes. Conseillé en cas d'inflammations, articulations douloureuses, troubles digestifs.
24.60

Les graines de courge, un vermifuge naturel incontournable

Les graines de courge, que l’on appelle aussi pépins de courge, sont riches en de nombreux nutriments :

  • des protéines (29%)
  • des minéraux (magnésium, phosphore, zinc, fer, calcium)
  • des antioxydants (caroténoïdes : zéaxanthine, lutéine, β carotène, phytostérols)
  • et des graisses (49%), dont des acides linoléiques et oléiques.

Les graines de courge sont connues pour accompagner la prise en charge de l’hypertrophie de la prostate et plus globalement, des troubles urinaires, ceci grâce aux phytostérols qu’elles contiennent.

Pour le sujet qui nous intéresse dans cet article, il est important de noter que ces graines présentent également des propriétés anthelminthiques grâce à la cucurbitine qu’elles contiennent. L’une des préparations connues pour aider à expulser les oxyures consiste à consommer des graines de courge crues (une cuillère à soupe par prise), ou bien les moudre en poudre et les consommer avec du miel.

L’ail

L’ail (allium sativum) est une très ancienne plante médicinale utilisée depuis longtemps pour accompagner différents maux : lutte contre le cholestérol, hypotension, troubles de la coagulation sanguine, infections bactériennes et bien sûr, parasitaires.

L’allium sativum possède même des allégations officielles :

On comprend donc que l’ail présente un intérêt dans la lutte (prévention, mais aussi traitement) contre les oxyures. On pourra intégrer de l’ail cru dans son alimentation, autant que faire se peut. Pour améliorer la digestibilité, on pourra opter pour des gélules de poudre d’ail ou des extraits standardisés.

Les noix de coco et l’huile de noix de coco

La noix de coco (et donc son huile) présente des propriétés antibactériennes et antivirales. L’huile de noix de coco pourrait donc aider à éliminer une infection d’oxyures. On conseille de :

  • Prendre de l’huile de noix de coco par voie orale, à raisons d’une cuillère à café pure chaque matin.
  • Appliquer chaque soir au coucher une petite quantité d’huile de noix de coco sur la zone affectée (anus donc).

Cependant, il faut noter que l’on manque d’études scientifiques sur l’efficacité de cet ingrédient naturel.

Le vinaigre de cidre

En raison de sa teneur élevée en acide acétique, on considère que le vinaigre de cidre de pomme crée un environnement hostile pour les vers intestinaux. On conseille de diluer une cuillère à soupe de vinaigre de cidre de pomme dans un verre d’eau froide ou tiède, à consommer chaque matin à jeun.

La papaye

Les graines de papaye contiennent des enzymes protéolytiques (elles détruisent les protéines), qui pourraient détruire les vers intestinaux. Le plus simple est d’intégrer ces graines (sous forme séchées ou fraîches) chaque jour dans son alimentation, en complément de remèdes plus scientifiquement établis, cités ci-avant.

Les carottes

Les carottes crues, râpées et idéalement accompagnées d’ail, sont riches en bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A. Cette dernière contribue à renforcer le système immunitaire, elle aide donc à lutter contre tout type d’infections, dont les infections parasitaires.

Aromathérapie

Les huiles essentielles peuvent se révéler d’une efficacité redoutable pour éliminer les vers, car ces derniers n’aiment pas les huiles essentielles. Il convient bien sûr de respecter les conditions d’utilisation. Voici quelques exemples que vous pouvez suivre, mais nous vous conseillons de vous faire aider d’un professionnel de santé compétent dans l’aromathérapie.

L’huile essentielle de tea tree

L’huile essentielle de tea-tree (Melaleuca Alternifolia) ne présente aucune contre-indication aux doses physiologiques, elle peut être utilisée en massage sur le ventre, diluée dans une huile végétale (par exemple, l’amande douce qui peut être utilisée chez les enfants).

Elle peut également être utilisée par voie interne, y compris chez les enfants.

L’huile essentielle d’origan

La plus efficace des huiles essentielles d’origan (il en existe plusieurs !) sera l’origan compact (Origanum compactum). Prudence, car elle est extrêmement puissante et comporte de nombreuses contre-indications. On lui préfèrera le thym à linalol, beaucoup plus consensuel et facile à utiliser :

L’huile essentielle de thym

Le thym à linalol (Thymus zygis) est, comme l’huile essentielle d’origan compact, une anti-infectieuse puissante, mais elle est plus facile à utiliser, car elle ne comporte pas de risque notoire en dehors de la grossesse, de l’allaitement et chez les tout-petits (moins de 3 mois). On peut l’utiliser par voies interne et externe.

L’huile essentielle de cannelle

L’huile essentielle de cannelle de Chine (Cinnamomum aromaticum) est certainement la plus efficace sur le plan antiparasitaire de toutes les huiles citées. On l’utilisera cependant avec une extrême prudence, comme pour l’huile essentielle d’origan compact. Elle est interdite chez les enfants de moins de six ans, les femmes enceintes et allaitantes.

On peut l’utiliser par voie interne, jamais directement en bouche, car elle est dermocaustique à l’état pur. On peut par exemple la diluer dans une huile végétale ou un support neutre.

Les infusions

En complément des huiles essentielles, les infusions suivantes peuvent aider au traitement de fond.

L’infusion au thym

Le thym présente des propriétés antiinfectieuses majeures et notamment, anti-parasitaires. On pourra confectionner des infusions avec 2 cuillers à café de sommités fleuries de thym par tasse, à laisser infuser 5 minutes, et en consommer plusieurs tasses par jour.

L’infusion à la menthe poivrée

Cette infusion (refroidie) pourra être utilisée par voie externe pour son action anti-prurigineuse. On réalisera une infusion avec une cuiller à soupe de feuilles que l’on laissera infuser une dizaine de minutes, puis on en imbibera une compresse que l’on pourra apposer localement pour soulager les démangeaisons.

Quels sont les dangers des vers intestinaux, quand consulter un médecin ?

L’oxyurose est généralement une infection bénigne. Il est néanmoins indispensable de consulter un professionnel de santé, car une oxyurose mal traitée peut dégénérer et atteindre d’autres organes ou causer des lésions cutanées en cas de prurit (démangeaison) intense. Ainsi, si vous suspectez une infection à oxyures, il est important de consulter un professionnel de santé (votre médecin ou pharmacien), afin d’obtenir un diagnostic précis et un traitement approprié, que vous pourrez accompagner que certaines des mesures conseillées dans cet article.

Auteur : Anne-Lise Collet, naturopathe et nutritionniste à Rosheim (67), www.choisir-naturo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaire

close icon Mes points