Expectosor C-12 | Soria Natural France | SoriaVie
Promo !

Expectosor c-12

15.00 13.50

Contribue au confort respiratoire. Effet apaisant pour la gorge, le pharynx et les cordes vocales. Facilite la respiration par son effet apaisant sur les voies respiratoires.

Flacon de 50 ml

Conseils d’utilisation :

  • Adultes : 3 x 1 ml dans un peu d’eau
  • Enfant > 5 ans : 3 x 1/2 ml / jour, précaution si grossesse et allaitement
Catégorie :

Product Description

EXPECTOSOR est une combinaison synergique idéale de 7 plantes médicinales traditionnelement utilisées pour dégager les voies respiratoires encombrées (bronches, nez) et participer ainsi au confort respiratoire de manière naturelle.

Recommandations :

  • Un complément alimentaire ne peut se substituer à une alimentation variée, équilibrée et à un mode de vie sain
  • Ne pas dépasser la dose journalière indiquée
  • A conserver à température ambiante
  • A tenir hors de portée des enfants
  • Consulter un médecin si les inconvénients persistent
  • Ne pas utiliser pendant la grossesse et l’allaitement sans avis médical

Pour la petite histoire :

L’Aunée est une  plante mystérieuse, remarquable par ses vertus médicinales. Originaire d’Asie, bien implantée en Europe et ce depuis des siècles puisque les Romains la citaient déjà comme condiment et médicament, notamment pour son action sur les bronches et pour lutter contre divers troubles de l’appareil respiratoire.

Dans la pharmacopée maritime occidentale au 18èS., on en faisait des conserves au sens médicinal. Sous cette forme et également en poudre, elle entrait dans la composition de l’opiat antiscorbutique.

Autrefois considéré comme « magique », car utilisé pour conjurer les malédictions, le Bouillon-Blanc est exploité depuis l’Antiquité en phytothérapie. Pline l’Ancien vantait déjà les vertus de cette ancienne plante médicinale. Le botaniste grec Dioscoride utilisait ainsi ses racines pour traiter les maladies pulmonaires. Plus tard, au XIe siècle, sainte Hildegarde se servait des feuilles et des fleurs, pour soigner l’enrouement. Au Moyen Age, une méthode d’extraction des sucs vit le jour et permit de lutter contre la goutte et les hémorroïdes. Au XVIIIe siècle, le Dictionnaire de Trévoux fait mention du bouillon-blanc dans le traitement des « maladies de la poitrine, maux de ventre, dysenteries et maladies du fondement ». Importées en Amérique du Nord, les feuilles étaient fumées par les peuples autochtones pour traiter les affections pulmonaires.

Les écrits suggèrent que les Romains, Chinois et Egyptiens utilisaient la Guimauve comme aliment. D’autre part, les racines étaient frites et mangées en période de disette suite à de mauvaises récoltes, notamment par les populations pauvres de la Syrie et les Arméniens. Certains écrivains latins reconnaissaient déjà ses vertus médicinales, notamment pour soulager les inflammations et ulcères gastriques. Des écrits soulignent d’autre part que les racines étaient utilisées depuis le Moyen-Âge dans le traitement des maux de gorge.

Il existe, en fait, plusieurs centaines d’espèces d’Eucalyptus, dont deux sont principalement utilisées en phytothérapie : l’Eucalyptus radié et le l’Eucalyptus globulus. Ces arbres, originaires d’Australie, poussent dans les régions tropicales et subtropicales. Certaines espèces se sont très bien acclimatées au sud de l’Europe et aux rives du bassin méditerranéen, après leur introduction en occident au XIXe siècle. Ce remède traditionnel aborigène a été rapidement repéré pour ses nombreuses propriétés et des recherches sur l’huile essentielle d’eucalyptus, comme antiseptique et bronchodilatateur, ont débuté dans la première moitié du XXe siècle.

Composition

  • Aunée (8%)
  • Bouillon blanc (4%)
  • Guimauve (3%)
  • Eucalyptus (2%)
  • Huile essentielle de thym à thymol (0,15%)
  • Huile essentielle d’origan à carvacrol (0,15%)
  • Glycérine végétale (q.s.p.)

Produits similaires