Regastril complex c-18 - Soriavie

Regastril complex c-18

15.20

Flacon de 50 ml

Conseils d’utilisation : Adultes : 3 x 1 ml par jour dans un peu d’eau.

Précautions : Peut potentialiser les effets des anticoagulants, des antidiabétiques, et peut diminuer les effets des antihypertenseurs. Ne pas utiliser en cas d’antécédents de cancer du sein, de grossesse et d’allaitement. Ne pas utiliser plus de 6 semaines sans avis médical.

Catégorie :

Product Description

Ce complexe contient des plantes cicatrisantes favorisent la formation de mucus dans l’estomac.

Recommandations :

  • Un complément alimentaire ne peut se substituer à une alimentation variée, équilibrée et à un mode de vie sain
  • Ne pas dépasser la dose journalière indiquée
  • A conserver à température ambiante
  • A tenir hors de portée des enfants
  • Consulter un médecin si les inconvénients persistent
  • Ne pas utiliser pendant la grossesse sans avis médical

 

Pour la petite histoire :

 

Surnommé « la fiancée du soleil », le Souci (Calendula officinalis ) des jardins, dont la fleur a justement la particularité de s’ouvrir et de se refermer en fonction des mouvements du soleil, trouve out naturellement son origine au coeur du bassin méditerranéen. Peu exigeante, la plante a rapidement gagné l’Europe, où elle est cultivée depuis le XIIe siècle, et prospère désormais dans toutes les régions du monde qui bénéficient d’un climat tempéré. Déjà connue sous l’Antiquité pour ses vertus culinaires, cosmétiques, médicinales et tinctoriales (teinture pour tissus et colorant alimentaire), cette plante prend son essor à partir du Moyen Age. Le Calendula officinalis était alors réputé pour apaiser toutes sortes de maux (piqûres d’insectes, morsures de serpent, jaunisse, conjonctivite, teigne, règles douloureuses, fièvre). Plante de prédilection depuis les prémisses de la phytothérapie, reconnu pour ses vertus calmantes et cicatrisantes, le souci officinal a été un remède souverain pour les petits problèmes cutanés. Il soulageait également les troubles gastriques, les affections hépatiques, les inflammations de la gorge et de la bouche ou encore les douleurs prémenstruelles.

 

L’Achillée millefeuille tire son nom d’une légende voulant que, vers 1200 avant notre ère, Achille, sur les conseils des Centaures, l’ait utilisée pour soigner les guerriers – c’est d’ailleurs le naturaliste romain Pline qui lui donna son nom. Pourtant, il semble que son utilisation soit bien antérieure puisque cette plante était déjà connue des hommes de Néandertal. Utilisée dans un premier temps en usage externe comme cicatrisant et pour arrêter les saignements, l’achillée millefeuille a, à partir du XIXe siècle, développé sa réputation d’antispasmodique en usage interne. Durant la Première Guerre mondiale, l’achillée millefeuille était incluse dans le kit de première urgence des soldats blessés d’où son nom d’« herbe militaire ».

Son amertume caractéristique en a fait un ingrédient de choix pour la composition d’un grand nombre de préparations toniques : vins et alcools aromatisés, tisanes, salades agrémentées des fleurs de la plante, et diverses autres préparations dont certaines subsistent encore en Europe.

 

La Réglisse, cette friandise si appréciée des enfants, et de certains adultes, est une plante utilisée depuis des milliers d’années par la médecine traditionnelle chinoise où elle est réputée pour stimuler l’énergie vitale, ou qi. La réglisse entre dans la composition de nombreuses préparations médicinales afin de les harmoniser. Jusqu’au XIIIe siècle, la réglisse provenait exclusivement de plantes poussant à l’état sauvage. Très estimée par les Grecs depuis l’Antiquité qui la surnommèrent Glycyrrhiza , littéralement « racine sucrée », la réglisse a fait très tôt l’objet d’un important commerce. Les Romains s’en servaient pour leur part pour éclaircir leur voix. Ce n’est pourtant qu’à partir du Moyen Age qu’elle a été cultivée ; elle poussait jusqu’alors à l’état sauvage. La réglisse entra, à partir de cette période, dans la composition (avec le chiendent) de la boisson « hospitalière » servie alors dans tous les hôpitaux. Dans les années 1950, la racine de réglisse était couramment utilisée pour soigner les rhumes, les bronchites, les maux de gorge et autres gastrites. Elle n’a, depuis, jamais quitté le concert des plantes médicinales et son utilité dans la prévention des ulcères comme dans le traitement des inflammations du système respiratoire a été reconnue par la Commission E, un comité scientifique allemand chargé de valider les propriétés des plantes. En Occident, la réglisse fait encore l’objet d’un important commerce puisqu’on s’en sert, notamment, pour aromatiser le tabac, des boissons et des friandises.

 

Les anciens écrits suggèrent que les Romains, Chinois et Egyptiens utilisaient la Guimauve comme aliment. D’autre part, les racines étaient frites et mangées en période de disette suite à de mauvaises récoltes, notamment par les populations pauvres de la Syrie et les Arméniens. Certains écrivains latins reconnaissaient déjà ses vertus médicinales, notamment pour soulager les inflammations et ulcères gastriques. Des écrits soulignent d’autre part que les racines étaient utilisées depuis le Moyen-Âge dans le traitement des maux de gorge car La Guimauve est une plante mucilagineuse, qui offrait de nombreuses applications thérapeutiques, notamment sur les affections respiratoires.

 

Le Curcuma est utilisé non seulement comme épice alimentaire, mais encore en tant que plante médicinale depuis des temps immémoriaux en Chine et en Inde. On en retrouve trace dans des écrits sanskrits datant de 4 000 ans avant Jésus-Christ ! Le Curcuma est d’ailleurs l’un des éléments essentiels de la médecine ayurvédique. Les médecines traditionnelles de Chine, de Thaïlande ou encore d’Indonésie l’utilisent également depuis des siècles pour stimuler la digestion et traiter les troubles qui y sont liés. L’arrivée du Curcuma en Europe correspond à celle des currys ramenés par les Britanniques depuis leur Empire des Indes. La reconnaissance de ses propriétés médicinales est donc récente en Occident. Son efficacité dans le traitement des troubles digestifs n’en est pas moins reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Commission E, commission scientifique allemande chargée de valider les propriétés médicinales des plantes.

Composition :

Extrait fluide de Souci, extrait fluide d’Achillée, extraits lyophilisés de Réglisse, de Guimauve, de Curcuma,glycérine végétale, alpha et gamma cyclodextrines.

Il n'y a pas d'avis pour le moment.