Prosor Complex C-10 | Soria Natural France | SoriaVie

Prosor Complex C-10

15.20

Flacon de 50ml.

Conseils d’utilisation : 

Adultes : 3 x 1 ml dans un peu d’eau durant 3 à 4 mois puis vérification par un médecin avant de poursuivre si nécessaire.

Précautions : si gastrite, ulcère gastro duodénal, hypothyroïdie.

Product Description

Prosor complex C-10 est une synergie de plusieurs plantes .Le Palmier de Floride et le Prunier d’Afrique, sont associés à la Grande Passerage. Riche en antioxydant grâce au Sélénium.

Recommandations :

  • Un complément alimentaire ne peut se substituer à une alimentation variée, équilibrée et à un mode de vie sain.
  • Ne pas dépasser la dose journalière indiquée.
  • A conserver à température ambiante et à l’abri de la lumière.
  • A tenir hors de portée des enfants.
  • Consulter un médecin si les inconvénients persistent.
  • Ne pas utiliser pendant la grossesse sans avis médical.
  • Demander l’avis de votre médecin ou pharmacien avant usage.

Pour la petite histoire :

Le Lépidium latifolium est appelé en France Grande passerage.

Autrefois, la racine et la plante étaient connues par la médecine populaire pour leur action contre la rage, le scorbut, les maladies du bas ventre, les ulcères de la peau et l’hydropisie : « épanchement de sérosité dans une cavité naturelle du corps ou entre les éléments du tissus conjonctif »  à la fin du XIXème siècle, un missionnaire revenant d’Asie aurait rapporté du lépidium à l’abbaye de Maylis dans les Landes de Gascogne. Les moines ont acclimaté la plante pour la cultiver et fabriquer de manière écologique la célèbre Tisane de Maylis, puissant dépuratif réputé pour favoriser le fonctionnement digestif, biliaire, rénal et urinaire. Au XIIème siècle, la première femme médecin et compositrice, Hildegarde de Bingen écrit dans ses traités : « Le lépidium est chaud et humide, et cette humidité contient un bon mélange et le lépidium est bon pour les malades et les gens bien portants. »

« Ce qu’il contient d’aigre, de très amer, n’attaque pas l’homme à l’intérieur mais le guérit. Un homme qui a un cœur faible et un estomac malade mangera le lépidium cru et il le fortifiera. De même celui qui est triste retrouvera la joie. Si on le mange, il guérit aussi les yeux et les rend limpides. »

 

Chez les Séminoles, des Amérindiens qui peuplaient autrefois la Floride, les baies du palmier nain étaient utilisées comme aliment. Ils s’en servaient aussi pour traiter divers troubles du système urinaire chez les hommes, et soigner des problèmes mammaires chez les femmes. Les Européens, qui trouvaient que les baies du palmier nain avaient un désagréable goût de savon, n’ont conservé que les usages médicinaux. Les médecins de l’école éclectique américaine les utilisaient surtout pour traiter les symptômes liés à l’hypertrophie bénigne de la Prostate (HBP). Le palmier nain fut d’ailleurs inscrit dans la liste des médicaments officiels des États-Unis jusqu’en 1950.

 

Les Africains utilisaient l’écorce de pygeum (appelé Prunier d’Afrique, en France) pour traiter les troubles de la vessie et ce qu’ils nommaient la « maladie du vieil homme ». Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que des voyageurs européens découvrirent ce vieux savoir qu’ils importèrent chez eux avec enthousiasme.

Le prunier d’Afrique permettait de traiter la pollakiurie nocturne, l’hypertrophie bénigne de la prostate ainsi que l’adénome de la prostate. C’était considéré un décongestionnant qui réduisait l’envie d’uriner et affaiblissait le volume urinaire résiduel.

 

Le sélénium est un oligo-élément antioxydant qui intervient dans le métabolisme des radicaux libres et d’autres substances produites par l’oxydation des lipides au niveau des membranes cellulaires. Il joue aussi un rôle dans le métabolisme au niveau du foie et contribue au maintien des muscles squelettiques et cardiaques et des spermatozoïdes. Il participe à la détoxification de certains composés toxiques, métaux lourds et xénobiotiques (molécules étrangères).

Prudence en ce qui concerne son administration.

Les études nous disent ceci :

  • Dans un échantillon de 23 personnes Estoniennes(1))ayant des taux sanguins de sélénium faible, une supplémentation de 100 microgrammes de sélénométhionine pendant 4 mois réduisit de 34% les taux de mercure dans les poils pubiens (le corps évacue en effet les métaux lourds au travers des cheveux et des poils) ;
  • 103 résidents de la province de Wanshan en Chine (province ayant de nombreuses carrières de mercure) prirent soit 100 microgrammes de sélénium organique, soit un placebo, pendant 3 mois(2). Le sélénium :
    • Augmente la quantité de mercure excrétée dans les urines ;
    • Diminue la quantité de malondialdehyde et de 8-hydroxy-2-deoxyguanosine excrétée dans les urines (deux marqueurs de stress oxydatif).

Précisons que la noix du Brésil est l’un des aliments les plus riches en sélénium. Une seule noix du Brésil fournit à peu près 95 microgrammes de sélélium. Gardez cependant en tête qu’un excès de sélénium est toxique.

 (1) Seppanen K, Kantola M, Laatikainen R, Nyyssonen K, Valkonen VP, Kaarlopp V, Salonen JT. Effect of supplementation with organic selenium on mercury status as measured by mercury in pubic hair. Journal of trace elements in medicine and biology : organ of the Society for Minerals and Trace Elements (GMS). Jun 2000;14(2):84-87.

(2)) Li, Y.-F., Dong, Z., Chen, C.,  Organic selenium supplementation increases mercury excretion and decreases oxidative damage in long-term mercury-exposed residents from Wanshan, China. Environ Sci Technol. 2012;46(20):11313–8

Découvert et baptisé par le chimiste suédois Berzelius en 1817, le sélénium est présent partout dans l’écorce terrestre et se retrouve donc dans les végétaux. Sa répartition n’est toutefois pas uniforme sur le globe. Parmi les régions qui en sont pauvres, on compte notamment la Finlande, la Nouvelle-Zélande et certaines parties de la Chine ainsi que, dans une moindre mesure, le Royaume-Uni et l’Europe en général.

C’est à partir des années 1950 que des études sur des animaux ont permis de démontrer l’importance cruciale de l’action du sélénium , dans la prévention de diverses maladies. En 1973, des chercheurs de l’Université du Wisconsin démontraient que le sélénium était un cofacteur de la glutathion-peroxydase, un enzyme clé de l’activité antioxydante dans l’organisme.

Depuis 1984, la Finlande a instauré un programme d’enrichissement des engrais agricoles avec du sélénate de sodium. Les apports en sélénium alimentaire ont triplé dans ce pays et l’incidence des maladies du coeur et de certains cancers a diminué.

 

On a longtemps cru que le Zinc était un oligo-élément sans grande importance. Durant les années 1920, on a découvert qu’il était essentiel à la croissance des animaux d’élevage. Il a fallu attendre les années 1960 pour qu’on se rende compte qu’il jouait aussi un rôle très important dans la santé humaine.

Le zinc est un oligo-élément qui intervient dans de nombreuses réactions enzymatiques et joue un rôle important dans le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides

  • Stimuler le système immunitaire en augmentant la synthèse des lymphocytes T
  • Intervenir dans les fonctions reproductives et neurologique
  • Booster la synthèse des hormones (testostérone notamment)
  • Lutter contre le vieillissement prématuré des cellules grâce à sa forte action antioxydante
  • Contribuer à réguler le taux de sucre du sang grâce à son action sur l’insuline
  • Bien cicatriser après des lésions cutanées, ce qui le rend essentiel pour la qualité de la peau

Le zinc est l’élément trace métallique le plus abondant dans le corps humain après le fer. C’est un composant structurel de nombreuses protéines et il participe à de multiples fonctions cellulaires.

Voici diverses études menées :

  1.  Modulating the immune response by oral zinc supplementation : a single approach for multiple diseases. Overbeck S, Rink L, Haase H. Arch Immunol Ther Exp(Warsz). 2008 Jan-Feb;56(1):15-30. Review.
    2. Girodon F, Galan P, et al. Impact of trace elements and vitamin supplementation on immunity and infections in institutionalized elderly patients : a randomuized controlled triel. MIN.VIT.AOX.geraitric network Arch Intern Med 1999 Apr 12;159(7):748-54. Texte integral : http://archinte.ama-assn.org
    3.Effect of zinc supplementation on the immune status of healthy older individuals aged 55-70 years : the ZENITH Study. Hodkinson CF, Kelly M, et alJ Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2007 Jun;62(6):598-608.
    4. Prasad AS, Beck FW, et al. Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly : effect of zinc on generation of cytokines and oxidatives stress. Am J Clin Nutr. 2007 Mar;85(3):837-44. Texte intégral : www.ajcn.org
    5. Zinc for the common cold. Singh M, Das RR. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Feb

 

La vitamine B6 a été identifiée en 1934 et isolée en 1938 par plusieurs groupes de chercheurs travaillant séparément. Elle fut synthétisée en 1939, date de l’apparition de son autre nom : pyridoxine. En 1945, un chercheur identifie deux autres formes naturelles de la pyridoxine : le pyridoxal et la pyridoxamine.

La vitamine B6 est une vitamine hydrosoluble dite « essentielle », car l’organisme ne sait pas la fabriquer et ne la stocke pas : le corps doit donc la puiser chaque jour dans les aliments dans lesquels elle est présente sous différentes formes.

Il existe six formes de vitamine B6. Cette vitamine joue un rôle dans le renouvellement des globules rouges, le fonctionnement du système immunitaire et la fabrication de plusieurs hormones. Découvrez le rôle de cette vitamine, ses apports nutritionnels recommandés, les risques de carences ou de surdosage ainsi que ses applications médicales.

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des aliments et des compléments alimentaires contenant de la vitamine B6 (pyridoxine). Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits peuvent prétendre contribuer :

  • au métabolisme énergétique normal,
  • au fonctionnement normal du système nerveux,
  • à la synthèse normale de la cystéine et au métabolisme normal de l’homocystéine,
  • à la réduction de la fatigue,
  • au métabolisme normal du glycogène et des protéines,
  • aux fonctions mentales normales,
  • à la formation des globules rouges,
  • au fonctionnement normal du système immunitaire,
  • à la régulation de l’activité hormonale,

si et seulement si ces produits contiennent au moins 0,21 mg de vitamine B6 (pyridoxine) pour 100 g, 100 ml ou par emballage si le produit ne contient qu’une portion.

Composition

Extraits de Grande Passerage, de Palmier de Floride, de Prunier d’Afrique, Zinc, Vitamine B6 , Séleniométhionine, glycérine végétale.