Description

RomarinC’est un arbuste à feuilles persistantes, densément bifurqué de 0,5 à 1 m en hauteur, très ramifié à partir de sa base, foliacé, aromatique. Son écorce est exfoliatrice, pubérulente ou presque épileuse. Les feuilles poussent en face, linéaires de 1-3 cm long et 3 mm de large, lancéolés, en forme d’aiguille, coriaces, obtuses, glabres dans la face supérieure de la feuille, qui est vert foncé et blanc dans la face inférieure en raison de la présence d’un petit tomentum étoilé ; poils glandulaires à essence, marge révolutée. Inflorescence disposée en grappes de 2-3 cm de long, à l’aisselle des feuilles situées près de l’extrémité des branches. Calice bilabié, de 4 à 4,5 mm de longueur. La corolle est bilabiée de 10-12 mm de longueur, avec la lèvre supérieure plate (non convexe) formée de deux lobules très visibles.

La lèvre inférieure a trois lobes, médiale plus grande et en forme de capuchon, bleu pâle avec des taches violettes allongées. La lèvre supérieure est entière et montre trois minuscules dents tandis que la lèvre inférieure est fendue en deux dents triangulaires, elle a des poils très courts qui tombent, devenant ainsi glabres.

L’androecium est formé de 2 étamines recourbées, presque fixées par les anthères, avec des filaments assez longs qui se dressent sur la corolle. Le gynécée contient un ovaire bicarpellaire supérieur qui fructifie en loment à quatre nucules. Le fruit, enfermé dans le fond du calice est un tétrachaenium brun (il est divisé en 4 petites nucules lisses au fond du calice). Il appartient à la famille des Lamiacées ou Labiacées (Menthe).

C’est une espèce spontanée dans la région méditerranéenne, d’où elle vient. Le romarin pousse dans les zones côtières et les régions de basse montagne (pentes et collines), principalement dans des sols arides, secs, légers, en quelque sorte sableux, perméables, bien drainés et calcaires, accompagnant souvent des chênes, de la côte jusqu’à 1 500 m d’altitude. Il s’adapte aux sols pauvres mais les sols argileux compacts ne conviennent pas. Il est facilement cultivable, même en pot. On le trouve dans la région méditerranéenne de l’Europe du Sud et de l’Afrique du Nord, également en Asie Mineure.

Le romarin vert est reconnu pour sa forte odeur camphrée. Il fleurit presque toute l’année (printemps et automne). Pendant la première année, il ne doit pas être récolté. Les feuilles et l’apex sont récoltés d’avril à septembre; la période de récolte aura moins d’importance à partir de la deuxième ou troisième année, bien que le meilleur moment soit après l’été.

Partie utilisée

Apex floraux (tiges, fleurs et feuilles).

Indications

Usage interne

  • Troubles digestifs : flatulences, météorisme, spasmes digestifs, dyspepsie associée à des tensions nerveuses, anorexie.
  • Insuffisance hépato-biliaire : dyskinésie biliaire, congestion hépatique, hépatite, cirrhose hépatique, cholécystite, lithiase biliaire.
  • Rhumatismes, arthrose, arthrite, goutte et arthralgies.
  • Aménorrhée (absence de règles), oligoménorrhée, dysménorrhée (douleurs menstruelles), ménopause. Dans ces cas, il peut perdre de son efficacité avec le temps, raison pour laquelle il est recommandé de l’utiliser avec d’autres plantes (par exemple l’armoise).
  • Asthénie, épuisement nerveux, périodes de convalescence.
  • Maux de tête et migraines, vertiges.
  • Tension artérielle basse.
  • Affections respiratoires : bronchite, grippe, asthme bronchique, toux sèche.
  • Perte de mémoire, athérosclérose, cardiopathies ischémiques.
  • Impuissance
  • Comme assaisonnement pour aider à préserver les huiles et les viandes, l’assaisonnement des soupes, des ragoûts, du poisson, etc. Dans la préparation de vinaigres.
  • Huile essentielle, utilisée dans l’industrie alimentaire, parfumerie et cosmétique.

Usage externe

  • Sous forme d’huile, de pommades et d’alcool de romarin :

-Adjuvant dans le traitement des maladies rhumatismales : myalgies, rhumatismes musculaires, torticolis, contractures musculaires, sciatiques, lombalgies, nerfs intercostaux, contusions, entorses, foulures, contre la fatigue musculaire, les muscles endoloris et raides, et les surmenages chez les sportifs.
-Altérations circulatoires périphériques.
-Favoriser la cicatrisation des plaies, plaies, infections cutanées, dermatite séborrhéique, soulagement symptomatique des réactions allergiques cutanées.

  • Alopécie, perte de cheveux (essence de romarin).
  • Hygiène buccale sous forme de bains de bouche.
  • Les feuilles de romarin peuvent être brûlées pour désinfecter les pièces ou placées dans les armoires pour éviter les mites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaire

Mes points