Pectolis pastilles - Soriavie

Pectolis pastilles

7.70

Gout agréable.

Boîte de 24 pastilles

Conseils d’utilisation : Adultes : 3 à 6 pastilles par jour à sucer.

 

Catégories : , ,

Product Description

Les pastilles Pectolis contiennent des plantes traditionnellement utilisées pour la sphère ORL. Les comprimés  libèrent progressivement les principes actifs pour une action adoucissante.

Recommandations :

  • Un complément alimentaire ne peut se substituer à une alimentation variée, équilibrée et à un mode de vie sain
  • Ne pas dépasser la dose journalière indiquée
  • A conserver à température ambiante
  • A tenir hors de portée des enfants
  • Consulter un médecin si les inconvénients persistent
  • Ne pas utiliser pendant la grossesse sans avis médical

 

Pour la petite histoire :

Le Plantain est connu depuis l’Antiquité, son utilisation thérapeutique s’étant répandue en Occident et en Orient. Il était utilisé du temps des druides et considéré comme remède miracle contre un grand nombre d’affections. Pline l’Ancien le prescrivait pour traiter vingt-quatre maladies. Jusqu’au début du XXe siècle, le plantain était considéré comme une plante médicinale incontournable. Utilisé à la fois comme plante alimentaire et plante médicinale, on l’administrait pour soigner les troubles hépatiques, les brûlures d’estomac, l’asthme, les affections respiratoires telles que les bronchites, les rhumes, les toux sèches ou grasses, les laryngites.

 

La Mauve était déjà bien connue du temps des Grecs et durant la Rome Antique (notamment par Pline et Ciceron), lesquels se délectaient de ses feuilles tendres, tout en lui reconnaissant des vertus laxatives. Elle était ainsi l’un des remèdes favoris d’Hippocrate, le « père de la médecine », ou encore de Pythagore, qui l’utilisait contre la constipation Au Moyen Age, elle faisait partie intégrante des fameux jardins de plantes rares ou « carrés de simples », qui mettaient à l’honneur les plantes médicinales. Charlemagne imposa même qu’on la cultive pour ses appréciables propriétés thérapeutiques. Puis elle traversa les siècles sans faillir à sa réputation. Au début du siècle dernier encore, on lui reconnaissait des bienfaits anti-inflammatoires de la sphère ORL, adoucissants, expectorants et laxatifs.

 

Originaire d’Amérique centrale, le Figuier de Barbarie (Nopal) était déjà utilisé par la médecine aztèque pour abaisser le taux de glycémie dans le sang des personnes diabétiques. Sous forme d’onguent et de cataplasme, il soulageait les rhumatismes et son jus appliqué sur les brûlures et les plaies servait de cicatrisant. De plus, très nutritif et énergétique, il était, et reste très employé dans la cuisine traditionnelle d’Amérique centrale, comme fruit frais, mais aussi comme légume, en marmelade et dans une boisson alcoolisée, le colonche. Depuis sa diffusion en Orient, il est employé par la médecine ayurvédique comme tonique et diurétique.

 

La Propolis est d’origine végétale

La Propolis est récoltée par les abeilles sur les bourgeons de certains arbres comme les aulnes, les bouleaux, les saules, les ormes, les chênes, … mais surtout sur ceux de peupliers. On peut également trouver de la propolis sur les écorces d’arbres résineux comme les pins, les sapins ou encore les épicéas. Une fois récoltée, les abeilles la modifient par adjonction de certaines de leurs sécrétions salivaires. Ainsi sa composition varie en fonction des essences végétales présentes mais également selon la saison, le climat et l’environnement géographique.

Le rôle de la propolis dans la ruche. La résine ainsi transformée est transportée par l’abeille ouvrière sur ses pattes arrières et rapportée à la ruche.

Contrairement au pollen, la résine n’est pas stockée. Elle sert d’enduit dont les abeilles tapissent les parois de l’ensemble de la ruche. Cela leur permet de garantir son asepsie. En effet, la propolis a des propriétés antibactériennes, antifongiques et antivirales.

Elle peut également servir à l’aménagement de la ruche. Les ouvrières s’en servent pour colmater les fissures et réparer les alvéoles.

Enfin, pour éviter les infections dues à la présence de cadavres dans la ruche (intrus), la propolis sert à momifier les corps. Par exemple, il est possible de trouver le corps momifié de rongeurs qui ont eu le malheur de s’aventurer dans la ruche.

La propolis est utilisée depuis l’Antiquité

La propolis, que ce soit sous sa forme pure ou liquide, est connue depuis plus de 3 000 ans. Elle était notamment utilisée dans l’Antiquité dans le traitement et la prévention des affections respiratoires. Ainsi, pour les Grecs et les Romains, elle était fortement appréciée pour ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes. Ils en usaient durant les conflits afin de guérir les blessures, diminuer les douleurs et nettoyer les plaies.

La propolis servait également en Égypte à la préparation des onguents et à la momification des morts. Les médecins Égyptiens l’utilisaient également pour lutter contre les bactéries.

Un autre exemple d’utilisation de la propolis est le traitement des blessures causées par des tirs de flèche durant le Moyen Âge.

Au cours des deux derniers siècles, la propolis a été remplacée par les antibiotiques et autres médicaments. Toutefois, son efficacité dans le domaine de l’apaisement des affections respiratoires et la stimulation du système immunitaire trouve un nouvel intérêt depuis une vingtaine d’années.

 

 

 

 

 

 

Il n'y a pas d'avis pour le moment.