Quels antihistaminiques naturels contre les allergies ?

allergie saisonnière au pollen

A l’arrivée du printemps le corps enclenche un processus naturel de nettoyage. Il fait sa « détoxification » pour se libérer des surcharges accumulées pendant l’hiver. Pour se faire il a besoin d’un élément déclencheur : allergie au pollen, graminées, acariens, poils d’animaux, certains aliments comme les fruits à coque, latex, produit chimique mais aussi allergie à certains médicaments et les piqûres d’insecte.

L’allergie est une réaction inadaptée, excessive et spécifique de l’organisme au contact d’une substance étrangère (allergène). Le système immunitaire se met alors en marche pour actionner ses moyens de défense pour lutter contre l’allergène et libère alors de l’histamine.

Les réactions inflammatoires sont diverses : écoulement nasal, nez qui coule ou nez bouché, conjonctivite, toux, rhume des foins, gonflement des paupières, irritation de la gorge, picotements des yeux et du nez, rhinites allergiques, maux de tête.

Soulager naturellement les allergies

Accompagner les allergies saisonnières peut relever d’un parcours du combattant qui demande de l’engagement et de la patience tant le nettoyage opéré par le corps est puissant mais heureusement il existe des solutions dans les antihistaminiques naturels.

La camomille

La camomille atténue les inflammations nasales permettant de calmer le réseau pulmonaire. Dans le cadre des allergies saisonnières elle se prendra sous forme de tisane. Faire bouillir à petits feux l’eau puis plonger les feuilles et fleurs de camomille et laissez infuser quelques minutes. Elle pourra être accompagnée d’une cuillère à café de miel d’eucalyptus également recommandé pour soulager les éliminations des toxines logées dans les poumons.

L’ortie

L’ortie est utilisée sous forme de tisane. Elle soulage les éternuements et toutes les inflammations nasales.

Le cassis

Le cassis peut être utilisé en tisane, extrait fluide, macérat glycériné ou teinture mère. Les feuilles de cassis ont une action anti inflammatoire, anti allergique et elles sont souvent comparées à de la cortisone naturelle. On parle même d’effet cortison-like.

L’huile essentielle d’estragon

L’huile essentielle d’estragon est à prendre par voie interne à raison de 3 gouttes 3 fois par jour en la diluant avec un soupçon de miel pour soulager les rhinites allergiques. Rappelons que l’utilisation des huiles essentielles pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes est à valider avec son médecin.

Les antihistaminiques les plus couramment utilisés

Un antihistaminique est un remède qui sert à réduire ou à éliminer les effets de l’histamine.

Un allergologue pourra proposer un travail de désensibilisation et prescrire des corticoïdes sous forme de médicaments, de spray ou de collyre pour atténuer les effets de la sécrétion de l’histamine et calmer l’emballement du système immunitaire.

Les antihistaminiques naturels complémentaires

La spiruline

La spiruline est dotée d’un pigment naturel nommé phycocyanine, qui aurait des propriétés anti-inflammatoires et antihistaminiques. Elle réduit les rhinites allergiques et les écoulements nasaux. Une étude de l’Université de médecine d’Eskisehir en Turquie a démontré les effets bénéfiques de la spiruline sur les rhinites allergiques (en anglais : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18343939/).

La spiruline se consomme en paillettes, en pilules ou en poudre. Elle est disponible auprès de producteurs locaux, en magasin bio ou en pharmacie .

L’ortie

Malgré ses allures piquantes, l’ortie est un concentré de nutriments. L’urtica dioïca contient de la quercétine un pigment coloré qui réduirait la libération de l’histamine grâce à sa contenance en flavonoïde. Rappelons aussi que l’ortie a une qualité exceptionnelle bienvenue en saison allergique : sa contenance forte en vitamine C permet l’absorption de la quercétine.

L’astragale

Véritable reine de la pharmacopée chinoise, l’astragale présente une forte contenance en vitamine C, vitamine A et E qui permet de soutenir l’organisme de façon magistrale et renforcer les défenses immunitaires indispensables en période d’allergies saisonnières tellement le corps est sollicité pour se défendre, se nettoyer et se requinquer.

Le ginkgo biloba

Ce sont les feuilles de cet arbre, originaire de Chine, qui contiennent les principes actifs à l’origine de ses bienfaits. Le ginkgo biloba contient notamment de la quercétine, un flavonoïde (pigment de la peau) aux propriétés antihistaminiques. A utiliser idéalement en décoction avec 2 à 3 tasses par jour à raison de 2 cuillères à café de feuilles séchées par litre d’eau.

L’estragon

Cette plante aromatique fait partie des astéracées, vaste famille qui comprend les artichauts, les laitues et les marguerites par exemple. Il contient de la coumarine, une substance aromatique qui permettrait de diminuer la libération de l’histamine. De plus cette plante est riche en flavonoïdes qui permettent de lutter contre les symptômes de l’allergie.
L’estragon se consomme de préférence cru ou séché : il agrémente les assaisonnements de salade, les œufs, les viandes blanches et tous les légumes.

Nutrition et alimentation contre les allergies

Le corps étant soumis à rude épreuve pendant cette période d’élimination ce serait un non-sens d’alourdir le système digestif. Il est utile de rappeler que lorsque le corps est en nettoyage et que le système immunitaire est grandement sollicité notre organisme  a besoin de repos, de nutriments sains et adaptés et de quelques restrictions pour lui permettre d’enclencher sa guérison.

Les aliments à éviter

Les farines telles que le blé donc les pâtes blanches, le pain en trop grande quantité.
Les matières grasses : beurre, produits laitiers. L’huile d’olive et toutes les huiles végétales peuvent être consommés en quantité raisonnable.
Le sucre rapide : sucrerie, gâteaux, pâtisserie. Attention aux sucres cachés contenus dans les plats cuisinés et les aliments en conserve.

Nutriments à favoriser

Aliments riches en vitamine C : ortie, persil, agrumes, mangue
Aliments riches en quercétine : baies de sureau, pomme, figue, chou, asperge, haricots rouges, oignon, câpres.
Aliments riches en antioxydant : brocoli, fruits rouges, baies de goji.

Astuces de grand-mère

L’eau tiède mélangé à un peu de sel ou (mieux !) l’eau de mer est excellente pour soulager les éliminations nasales.
Compresses de tisane de camomille à déposer sur les yeux si les écoulements et les picotements sont trop intenses.
Bouillotte sur le foie pour favoriser l’accélération de l’élimination des toxines par le système digestif.

Autrice : Esther Schmitt – Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 commentaire

Mes points